Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Montélimar : près de 200 gilets jaunes sonnent chez le maire centriste Franck Reynier

dimanche 6 janvier 2019 à 19:40 Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme Ardèche

A Montélimar dans la Drôme, la manifestation des femmes gilets jaunes ce dimanche a pris une tournure inattendue. Le cortège composé d'environ 200 personnes est allé sonner chez le maire. Le centriste Franck Reynier est sorti discuter avec eux.

Franck Reynier est sorti de chez lui pour discuter avec les gilets jaunes venus sonner à son domicile
Franck Reynier est sorti de chez lui pour discuter avec les gilets jaunes venus sonner à son domicile © Radio France - Nathalie Rodrigues

Montélimar, France

Entre 150 et 250 manifestants ont participé à la manifestation des gilets jaunes ce dimanche à Montélimar. Une manifestation pour mettre en avant les femmes du mouvement, mais des hommes accompagnaient le cortège. Partis du théâtre de Montélimar, les gilets jaunes ont remonté les Allées Provençales, sont passés par le centre-ville, puis ont pris direction Montboucher-sur-Jabron/Saint-Gervais.

Les manifestants se sont mis à chercher la maison du maire de Montélimar, le centriste Franck Reynier. Un peu à tâtons, dans un quartier où les belles maisons ont donné lieu à commentaires : "ce ne sont pas des ouvriers qui habitent ici" ; "ah quand même! Je ne sais pas qui habite ici mais..."

Franck Reynier sort discuter un quart d'heure

Vers 15h30, les gilets jaunes finissent par sonner chez Franck Reynier. Le maire centriste de Montélimar sort discuter avec eux, même s'il trouve la méthode abusive :  "je suis chez moi, c'est dimanche, je suis en famille, rien ne vous autorise à venir verbalement m'agresser et à me demander des choses".

Les gilets jaunes reprochent à Franck Reynier de ne pas avoir mis de cahier de doléances à disposition des citoyens à la mairie contrairement à d'autres municipalités. Franck Reynier leur répond : "Quand il y aura des procédures affichées sur la grande concertation publique qu'a annoncé le Président, je les mettrai ou pas en oeuvre, j'attends de savoir ce qu'il y aura. L'association des maires ruraux a lancé ce mouvement. Montélimar ne fait pas partie de l'association des maires ruraux. Donc j'ai décidé d'attendre les directives du gouvernement."

"Il y a un Président de la République, je respecte les institutions"

Beaucoup de gilets jaunes questionnent Franck Reynier, sur différents sujets. Une dame lui demande son avis sur "la destitution du Président de la République qui trahit sa propre Nation". Le maire de Montélimar ne cautionne pas : "je ne soutiens pas la destitution du Président de la République. Il y a un Président de la République, je respecte les institutions".

Franck Reynier ne cautionne pas la demande de destitution du Président de la République

Franck Reynier convient d'un rendez-vous plus approprié avec les gilets jaunes en mairie. Il les recevra lundi à 11h.

Un homme de 27 ans a été interpellé par les forces de l'ordre à la suite de ces discussions devant le domicile du maire de Montélimar. Il a insulté Franck Reynier, ce qui est considéré comme un "outrage à personne chargée d'une mission de service public".