Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Montpellier rachète à l'État une ancienne gendarmerie pour un euro symbolique

jeudi 3 novembre 2016 à 17:16 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

L'ancienne caserne de gendarmerie de Celleneuve à Montpellier a été cédée par l'État à la Ville pour un euro symbolique. A la place, il y aura des logements, des bureaux et des commerces.

L'ancienne gendarmerie de Celleneuve cédée 1 euro par l'Etat à la Ville
L'ancienne gendarmerie de Celleneuve cédée 1 euro par l'Etat à la Ville © Radio France - Salah Hamdaoui

Montpellier, France

Les gendarmes ont quitté les lieux en 2010. Aujourd'hui, l'endroit qui s'étend sur trois hectares ressemble à une friche.

Entre-temps, les bâtiments où étaient logés les militaires ont servi de centre d'hébergement d'urgence pour les sans-abris. En ce moment, ce sont 36 migrants qui y vivent en attendant d'être transférés dans un CADA, un Centre d'accueil pour les demandeurs d'asile, avant la fin de l'année.

30% de logements sociaux

Ensuite, tout va être rasé, "sauf les arbres" précise Philippe Saurel, le maire de Montpellier. A la place, la ville projette de construire plus de quatre cents logements dont 30% seront des logements sociaux. La mixité était une condition majeure de l'accord passé avec l'Etat.

Il y aura aussi des bureaux, des commerces, un grand parc. Sans compter une extension de la clinique mutualiste Beau-soleil et de la maison de retraite des Violettes.

Dans le département de l'Hérault, il existe aujourd'hui huit projets du même type. Des sites que l'État pourrait céder pour un euro symbolique, "du foncier inutile à l'Etat mais utile à l'intérêt général" selon Thierry Repentin, le délégué interministériel à la mixité sociale dans l'Habitat.