Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Montreuillois : une association d'insertion recycle du pain en aliment pour le bétail

samedi 20 janvier 2018 à 5:03 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

A Beutin, l’association d’insertion Cipres s’est lancée dans la collecte et la transformation de pain en compléments alimentaires pour les animaux. Cela permet de redonner du travail à cinq femmes éloignées de l’emploi. Le potentiel de développement est très important.

L’association Cipres a investi 300 000 euros pour créer un atelier de transformation du vieux pain en chapelure animale.
L’association Cipres a investi 300 000 euros pour créer un atelier de transformation du vieux pain en chapelure animale. © Radio France - Matthieu Darriet

Beutin, France

Dans le Montreuillois, l’association Cipres voulait se diversifier. La structure d’insertion, qui existe depuis plus de 20 ans, cherchait d’autres activités que les espaces verts et le bâtiment, pour proposer des contrats à plus de femmes. Et la bonne idée est venue avec le recyclage de vieux pain en farine animale.

L'association a investi 300 000 euros pour créer un atelier équipé, avec de la place pour tripler l’activité, en cas de besoin. Julie Boulinguez est la coordinatrice de ce projet : 

Le pain est pesé, trié, coupé, séché et puis broyé pour en faire de la chapelure animale. Nous produisons 300 à 400 kg par jour, en ce moment, mais nous souhaitons monter jusqu'à 1,2 tonnes par jour.

Vu le potentiel de développement de cette activité de recyclage de pain, l’atelier est configuré pour transformer 1,2 tonne par jour. - Radio France
Vu le potentiel de développement de cette activité de recyclage de pain, l’atelier est configuré pour transformer 1,2 tonne par jour. © Radio France - Matthieu Darriet

La collecte du vieux pain, optimisée par Gps, est la clé du succès. Elle se déroule tous les matins, auprès des boulangeries et grandes surfaces (qui bénéficient d'une défiscalisation), mais aussi des collèges, lycées et hôpitaux. De quoi mobiliser déjà cinq personnes très polyvalentes, explique Jean-Luc Dubois, le président de l’association Cipres : 

Il y a du transport, de la logistique, de la production et aussi de la commercialisation dans cette activité. L'objectif c'est qu'avec ces savoir-faire, ces personnes retrouvent un poste. Nous avons d'ailleurs des contacts avec Pasquier pour des stages et peut-être, à terme, des embauches.  

Cette chapelure est un complément alimentaire pour le bétail.  Elle est plus digeste que le blé et le maïs.  Elle est donc vendue à des éleveurs porcins ou bovins en tenant compte des cours du blé.

« Transformé en chapelure, le pain devient un complément à l’alimentation animale, plus digeste que le blé ou le maïs », explique Julie Boulinguez - Radio France
« Transformé en chapelure, le pain devient un complément à l’alimentation animale, plus digeste que le blé ou le maïs », explique Julie Boulinguez © Radio France - Matthieu Darriet