Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mouhet retrouve sa boulangerie grâce à SOS Villages de Jean Pierre Pernaut

-
Par , France Bleu Berry

Un couple de boulangers venus de Haute-Savoie prend la relève à la tête la boutique de Mouhet. Une trouvaille de la municipalité grâce au site SOS Villages, initiative lancée par Jean-Pierre Pernaut. De quoi raviver quelque peu ce village de 500 habitants du sud de l'Indre.

Dans leur boutique flambant neuve de Mouhet (Indre), Karine et Laurent Lefèvre proposent pains, pâtisseries et quelques rayons d'alimentation générale.
Dans leur boutique flambant neuve de Mouhet (Indre), Karine et Laurent Lefèvre proposent pains, pâtisseries et quelques rayons d'alimentation générale. © Radio France - François Chagnaud

Le pain frais et les croissants sont de retour à Mouhet. Venus de Haute-Savoie, les boulangers Karine et Laurent Lefèvre se sont installés en août 2020 à l'entrée du village. La fin d'une quête mouvementée pour la commune et son maire, le début d'une nouvelle aventure à la campagne pour les deux haut-savoyards à la recherche de contact avec les clients et d'un vrai travail d'artisan.

La reprise de la boulangerie de Mouhet a fait des vagues depuis que l'ancien artisan, Jean-Paul Barré, annonce qu'il souhaite partir à la retraite courant 2017. Un premier repreneur se présente. Le maire Jean-Christophe Plantureaux refuse. L'offre paraît trop alléchante pour être vraie et de trop nombreuses zones d'ombre entourent le personnage. 

SOS Villages à la rescousse 

Deuxième option pour le maire : le site web de l'opération lancée par le présentateur du 13 heures de TF1 Jean-Pierre Pernaut, SOS Villages. La plateforme met en relation repreneurs et commerçants des villages de France. Un couple de boulangers de Champagne accepte. Avant de se rétracter, car les travaux de rénovation de la boutique, du fournil et du logement attenants sont trop longs à leur goût. 

Une douzaine de candidats se sont portés volontaires

"J'ai replongé dans mes archives", raconte Jean-Christophe Plantureaux. Et entre en contact avec les actuels repreneurs. Après une visite de la région et quelques échanges de messages, l'affaire est conclue. Les boulangers haut-savoyards s'installent dans un préfabriqué en août 2020 jusqu'à la fin des travaux, en octobre de la même année. 

Un grand vide à combler 

Lorsque Karine et Laurent Lefèvre arrivent à Mouhet, ils découvrent un village en perte de vitesse et des habitants démunis. "Ils n'avaient plus du tout de commerces. Ils ont retrouvé ce dont ils avaient besoin. En plus de la boulangerie-pâtisserie, on a créé une épicerie, une alimentation générale et on sert le gaz. On leur donne un maximum", résume le boulanger. 

Laurent Lefèvre fait des livraisons dans le village et aux alentours six jours sur sept : "Les gens sont contents d'avoir cette tournée parce que quelque fois, ils ne voient que moi de la journée. Je livre aussi l'épicerie et puis, du contact social !" Un peu de chaleur et de proximité avec un population vieillissante. 

"L'homme courageux" selon les mots du maire, veut continuer à insuffler du dynamisme dans ce village en bordure de l'autoroute A20."Ce qui serait bien, serait de travailler avec d'autres commerçants qui apportent encore autre chose à notre magasin. Il faudrait qu'on créée un coeur où le commerce pourrait se développer", affirme le boulanger. 

Pari sur l'avenir

C'est ce qu'espérait le maire Jean-Christophe Plantureaux. Montant des investissements pour les travaux et l'achat d'un véhicule électrique mis à disposition du boulanger : plus de 330 000 euros, dont 100 000 euros d'emprunt municipal et un tiers de subventions. Des dépenses nécessaires, estime le maire. "Sans commerces, sans services, demain nous pourrions perdre notre école. J'ai bon espoir que le rayonnement de cette boulangerie sur les communes voisines, nous amène aussi des jeunes", veut croire l'édile. 

Laurent Lefèvre réfléchit déjà à embaucher quelqu'un pour l'aider sur sa tournée. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess