Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Mouvement de grève chez Enedis et GRDF à Châteauroux

mardi 28 mars 2017 à 19:14 Par Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry

Une quarantaine de manifestants se sont réunis sur le site ENEDIS GRDF Châteauroux à l'appel de la CGT dans le cadre d'un mouvement national, "les mardis de la colère". L'occasion aussi de faire part de leurs inquiétudes à l'échelle régionale.

Une quarantaine de manifestants se sont relayés sur le site à Châteuroux
Une quarantaine de manifestants se sont relayés sur le site à Châteuroux © Radio France - Gaëlle Fontenit

Châteauroux, France

Quelques palettes qui brûlent, un pneu finissant de se consumer... Une quarantaine de grévistes se relaient devant l'entrée du site ENEDIS-GRDF de Châteauroux, avenue Pierre de Coubertin.

"Il y a 85 % de grévistes toutes branches confondues" annonce Hervé Boucault, secrétaire CGT Energie dans l'Indre. La mobilisation s'inscrit dans un cadre national : "les mardis de la colère". "Nous demandons une revalorisation des salaires de base. Nous dénonçons aussi le gel de primes qui étaient attribués chaque année à des agents en fonction de leur travail. 20.000 primes ont été gelées depuis deux ans" dénonce Mehdi Hanna, de la CGT.

Des agences menacées en Berry

Mais cette mobilisation est aussi l'occasion de pointer du doigt des problématiques locales : "Plusieurs agences de proximité vont fermer, comme celle de la Châtre par exemple. Ça veut dire que les 4 ou 5 personnes qui y travaillent, qui rendent un vrai service aux clients, seront remplacées par un compteur automatique qui sera géré par des téléopérateurs" détaille Hervé Boucault.

Un recul du service public que dénonce le syndicat. "Dans les faits, ça veut dire des zones d'astreintes de plus en plus importantes et donc davantage de kilomètres à parcourir. Demain, quand il y aura besoin d'une intervention, ce sera plus long. C'est donc mettre en jeu la sécurité de tout le monde, des usagers comme la nôtre" prévient Mehdi Hanna.

Pour la CGT, les compteurs Linky, tant décriés par certains usagers, sont pour partie responsables de cette situation. Ainsi, selon Hervé Boucault "On peut considérer que le compteur Linky va manger 7.000 emplois sur la France. Ce système va remplacer un service complet qui est le service commun à Enedis et GRDF".

Les grévistes maintiennent le mouvement ce mercredi. Ils attendent des engagements concrets et la venue de cadres régionaux pour répondre à leurs inquiétudes.