Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Mouvement social en Charente : l'émergence du privé

jeudi 19 avril 2018 à 17:09 Par Pierre Marsat, France Bleu La Rochelle

Après trois semaines de grève chez les cheminots, les agents des services publics se sont retrouvés ce jeudi matin devant la gare d'Angoulême. Mais ce qui est nouveau, c'est la mobilisation des salariés du secteur privé. 500 manifestants étaient présents en Charente, 1100 en Charente-Maritime.

Un rassemblement de 500 personnes devant la gare d'Angoulême
Un rassemblement de 500 personnes devant la gare d'Angoulême © Radio France - Pierre MARSAT

Angoulême, France

Après 8 jours de grève depuis début avril, les cheminots étaient les plus nombreux à participer à cette journée interprofessionnelle, à l'appel des syndicats CGT, FSU et Solidaires. Mais les représentants des agents du Conseil départemental de la Charente, de la ville d'Angoulême, de l'hôpital, de La Poste, ou de l'Education Nationale, étaient également présents pour ce rassemblement statique sur le parvis de la gare, sans défilé en ville.

ça bouge aussi dans le privé

Ce qui est nouveau, depuis le début de la grève à la SNCF, c'est la présence, aux côtés des cheminots, de nombreux salariés du privé. Chez le premier employeur privé du département de la Charente, Leroy-Somer, les ouvriers entendent défendre non pas le statut du cheminot, mais le statut des métallos qui attend une convention collective nationale. Etaient également présents, des salariés de Schneider Electric, de Naval Group (anciennement DCNS), de la SAFT, ou de la base logistique Intermarché à Anais.

Une cabane construite en quelques minutes par les militants solidaires de la ZAD Notre Dame des Landes - Radio France
Une cabane construite en quelques minutes par les militants solidaires de la ZAD Notre Dame des Landes © Radio France - Pierre MARSAT

Plus surprenant encore, la présence lors de cette "journée interprofessionnelle" de militants solidaires de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Ils ont construit, sur le parvis de la gare d'Angoulême, une "cabane en lutte" érigée en quelques minutes. Et une pancarte du collectif "Colère 16" était brandie par des usagers de la route opposés à la limitation de la vitesse à 80 kilomètres/heure sur les routes. Tout ce petit monde s'est donné rendez-vous le 1er mai pour poursuivre le mouvement social.
En Charente-Maritime, 450 personnes ont manifesté à la Rochelle, autant à Saintes et 250 à Rochefort.

Un des manifestants et sa pancarte anti-gouvernementale - Radio France
Un des manifestants et sa pancarte anti-gouvernementale © Radio France - Pierre MARSAT

Reportage dans la manifestation

Interview de Loïc Roux, délégué syndical CGT chez Vérallia à Châteaubernard près de Cognac