Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Muguet : les fleuristes sarthois demandent à pouvoir ouvrir le 1er mai

-
Par , France Bleu Maine

Les fleuristes sarthois qui ont perdu en moyenne 70% de leur chiffre d'affaire depuis le début du confinement espèrent encore obtenir l'autorisation d'ouvrir leur boutique le vendredi 1er mai pour vendre du muguet. Ils craignent pour l'avenir de toute la filière horticole.

La Sarthe compte environ 70 fleuristes.
La Sarthe compte environ 70 fleuristes. © Maxppp - Olivier Lanrivain - Photo PQR / Presse Océan

Pas de premier mai sans muguet ! La tradition ne sera certainement pas respectée cette année. Pour lutter contre la propagation du coronavirus, la vente à la sauvette sera interdite et les boutiques des fleuristes devront rester fermées, comme la plupart des commerces non-alimentaires. Pour autant, la représentante des quelque 70 fleuristes sarthois veut encore y croire. Elle en appelle au gouvernement. Anne-Charlotte Besnier demande l’autorisation, pour ces artisans, de pouvoir ouvrir pendant la journée du vendredi 1er mai; la vente du muguet étant l’une des quatre principales sources de revenus pour les fleuristes, avec la fête de mères, Noël et la Saint Valentin. 

Toute la filière horticole risque de s'écrouler! 

Depuis le début du confinement, les livraisons de fleurs sont bien possibles. Le « drive » aussi, depuis peu. Mais, souligne Anne-Charlotte Besnier, « les règles ne sont pour l’instant pas très claires ». Alors la présidente des fleuristes de la Sarthe ne voit qu’une solution : « ouvrir nos boutiques en faisant appliquer les gestes barrière ». La commerçante de Montfort-le-Gesnois enfonce le clou : « On ne comprend pas pourquoi ça ne serait pas possible alors que, par exemple, les bureaux de tabac sont ouverts ». Et elle argumente : « Bien sûr, les fleuristes ne sont pas des commerces de première nécessité. Nous le savons bien. Ce n’est pas comme l’alimentation ou la santé. Mais il faut aussi savoir que les fleuristes ne sont que les derniers maillons de la chaîne horticole. C’est toute une profession qui risque de s’écrouler en deux ou trois mois ». 

LIRE AUSSI : La vente du muguet interdite sur la voie publique le 1er mai partout en France

Anne-Charlotte Besnier détaille : « Il n’y a plus de mariage, plus de baptême, plus de communion. Il n’y a pas non plus les 24H du Mans. Il n’y a plus rien pour les fleuristes ! A partir du 11 mai, les ventes ne concerneront que les plants et quelques fleurs pour les particuliers. Nous avons très peur ». D’après leur représentante, les fleuristes sarthois ont perdu 70% de leur chiffre d’affaire depuis le début du confinement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess