Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Nancy : la mairie veut faire revenir les commerçants en centre-ville

mercredi 14 mars 2018 à 4:05 Par Mélanie Juvé, France Bleu Sud Lorraine

Comment redynamiser le commerce en centre-ville de Nancy ? Pour en débattre, la mairie organise des rendez-vous entre les acteurs du secteur. En France, le taux de vacance des locaux commerciaux est passé de 7,2 % en 2012 à 11,7 % en 2017 selon Procos, la fédération du commerce spécialisé.

Un commerce vacant rue Saint-Nicolas à Nancy. Photo d'illustration.
Un commerce vacant rue Saint-Nicolas à Nancy. Photo d'illustration. © Radio France - Laurent Watrin

Nancy, France

A Nancy, comme beaucoup de centres-ville, la problématique de désertification des commerçants n'est pas nouvelle. Certains exemples ont fait couler beaucoup d'encre comme les fermetures successives de la rue Saint-Dizier. Pourtant Nancy s'en sort plutôt bien selon Procos, la fédération du commerce spécialisé. Le nombre de commerces déserts en centre-ville est inférieur à la moyenne nationale : 6,2 % contre 11,1 % au niveau national (hors Île-de-France). Pour parler des implantations d'enseignes, la maire de Nancy organise des rendez-vous entre les différents acteurs du secteur. Objectif :  savoir comment faire revenir les enseignes en ville. 

Plusieurs critères pour les commerçants

"On a photographié les enseignes fermées, il y en a dix, raconte Gino Tognolli président du conseil citoyen du quartier Saint-Pierre/René 2/Bonsecours. On a un problème de double attractivité :  d'un côté le Auchan, gros pôle commercial, et de l'autre tous les commerces de centre-ville. Ça ne permet pas l’éclosion de beaucoup de magasins avenue de Strasbourg ou Tassigny...". Pour les commerçants, plusieurs critères entrent en jeu : le prix du loyer, l'emplacement, la politique de la Ville... _"A charge ensuite pour le professionnel de rendre son enseigne attractive, proposer une belle vitrine pour le client"estime Véronique Laumesfelt. Elle compte ouvrir une boutique de décoration pas loin de la place Stanislas en avril. L'un des freins soulevés par plusieurs commerçants : l'accessibilité. "Quand on discute avec les gens aujourd'hui c'est : on a du mal à circuler dans Nancy. On souhaite que ça évolue."_ explique Mike Kauffmann. Avec son associé Jérémy Valette il va reprendre la carrosserie Weiss rue Foller proche du CHRU. 

"Il y a des zones froides pour les commerçants parce qu'on a modifié la circulation" - Mike Kauffmann, repreneur d'une carrosserie à Nancy

Répertorier les commerces vacants

De son côté la mairie sollicite depuis deux ans un développeur du centre-ville. Il a notamment pour mission d'attirer les grandes enseignes. Pour ce faire, la Ville cartographie les commerces vacants, propose des visites virtuelles de locaux lors de salons professionnels. Exemple avec l'édifice au 53-57 rue Saint-Dizier, occupé anciennement par Eurodif.

"On a des enseignes japonaises, australiennes qui sont venues visiter des lieux emblématiques de la ville, des grandes surfaces." — Sylvie Petiot, première adjointe déléguée au commerce et à l'économie. 

Si les franchises restent des locomotives économiques, il faut donner envie aux commerçants indépendants de s'installer estime Hugues Devaux, l'un des responsables de la FNAIM en Lorraine. "Il ne faut pas leur mettre trop de contraintes. Par exemple dès qu'ils veulent refaire une vitrine, les services d'urbanisme et les bâtiments de France imposent des contraintes de remise en valeur du patrimoine architectural, qui dépasse leurs moyens. C'est un équilibre économique à trouver pour ces commerçants-là." Ce responsable est loin de voir la fin du commerce de centre-ville : "On le voit dans les activités purement internet, il y a un besoin de vitrine, un besoin de rencontrer des clients sur un site matérialisé.". Avec 1 600 commerces en centre ville, Nancy reçoit environ 150 projets d'ouverture chaque année selon la mairie. Le nombre de fermetures n'est pas communiqué.