Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nancy : des jeunes du Haut-du-Lièvre ramassent les déchets de leur quartier

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Une cinquantaine de jeunes volontaires du Haut-du-Lièvre, à Nancy, participe cet été à des chantiers éducatifs pour améliorer le cadre de vie de leur quartier. Un moyen de valoriser les jeunes et leur apprendre les règles de la vie active.

Une cinquantaine de jeunes arpentent les rues de leur quartier cet été pour ramasser les déchets, en échange d'une gratification.
Une cinquantaine de jeunes arpentent les rues de leur quartier cet été pour ramasser les déchets, en échange d'une gratification. - MJC du Haut-du-Lièvre (droits réservés)

Un sac poubelle dans une main, une pince dans l'autre, six jeunes ramassent les déchets de leur quartier.  Un masque sur le nez, ils arpentent les rues et les squares, entre les bars d'immeuble du Haut-du-Lièvre à Nancy. "On est payés donc ça nous encourage à le faire, sourit Namou, un sac bien rempli entre les mains. Mais c'est aussi un moyen de prendre soin de notre quartier, qui n'est pas forcément bien vu."

Ces jeunes, âgés de 16 à 21 ans, touchent en effet une gratification : 15 euros par chantier. Le projet est piloté par la MJC du Haut-du-Lièvre, en partenariat avec l'Office métropolitain de l'habitat du Grand Nancy (OMH), la ville, et la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Il s'inscrit dans le programme "argent de poche", développé dans la métropole du Grand Nancy depuis une vingtaine d'année

Avant j'étais beaucoup plus timide, ça m'a permis d'être plus ouvert

Organisés d'habitude de septembre à juin,  une partie des chantiers n'a pas pu avoir lieu à cause du confinement. A la demande des jeunes, la mission a été exceptionnellement prolongée cet été. "Je ne pars pas en vacances, donc ça occupe mes journées", confie Hicham, 18 ans, qui participe pour la deuxième année à ces travaux éducatifs.

Avec deux à trois chantiers par mois, l'adolescent a beaucoup appris : "avant j'étais beaucoup plus timide, je n'aurais pas pu parler comme je le fais aujourd'hui. Ca m'a permis d'être plus ouvert, et de pouvoir peut-être trouver un métier." Cette expérience a aussi donné envie à Namou de devenir plus indépendante : "maintenant, j'ai vraiment envie de trouver un job d'été par exemple, de travailler pour avoir mon propre argent", avoue l'étudiante en BTS.

Ça change le regard sur notre quartier

Les chantiers apprennent aux jeunes les règles de la vie active. "Il y a un règlement à respecter, il faut arriver à 9h et s'ils ont cinq minutes de retard, ils savent qu'ils ont perdu leur chantier, explique Laurent Harrous, responsable du projet à la MJC du Haut-du-Lièvre. Ce sont déjà des règles pour leur vie future." 

Un moyen aussi de valoriser les jeunes et de modifier le regard porté sur eux. "Les locataires lorsqu'ils voient les jeunes mettre la main à la pâte et participer au chantier, ça modifie les représentations qu'ils ont de la jeunesse", assure Mustapha Tarfah, directeur de la MJC du Haut-du-Lièvre. "Ca change le regard sur notre quartier", confirme Hicham.

Après deux heures de travail et des poubelles bien pleines, c'est la récompense pour les six volontaires : un goûter et une enveloppe. 15 euros d'argent de poche bien mérités. Les chantiers se tiennent du lundi au vendredi jusqu'au 14 août.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess