Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Nancy : gilets jaunes et syndicats rassemblent entre 800 et 1.500 personnes dans la rue

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Cette mobilisation contre la réforme des retraites a rassemblé citoyens, gilets jaunes et syndicats dans le même cortège. Ils étaient entre 800 et 1.500 à manifester ce samedi, sans incident. Les forces de l'ordre ont, tout de même, dispersé les derniers manifestants avec du gaz lacrymogène.

Des gilets jaunes sont venus de toute la Lorraine pour défiler à Nancy avec l'intersyndicale
Des gilets jaunes sont venus de toute la Lorraine pour défiler à Nancy avec l'intersyndicale © Radio France - Lucas Valdenaire

Nancy, France

Entre Noël et nouvel an, ils ne lâchent pas la pression. Les opposants à la réforme des retraites ont manifesté ce samedi après-midi à l'appel de l'intersyndicale FSU, FO, CGT, Solidaires et SUD. A Nancy, ils étaient 800 selon les autorités, 1.500 selon les organisations syndicales. 

La manifestation, déclarée en préfecture, a débuté à 13h30 place de la République. Un périmètre autour du centre-ville était interdit d'accès par les autorités, notamment la place Stanislas. 

Sur les réseaux sociaux, les gilets jaunes appelaient à une marée jaune ce samedi en Lorraine. C'est une première pour une manifestation de cette ampleur : gilets jaunes et syndicalistes ont défilé dans le même cortège. 

Raymond, porte-parole des gilets jaunes à Saint-Avold (Moselle), se réjouit d'un tel rapprochement avec les organisations syndicales : _"Il y a eu beaucoup de boulot de fait de leur coté et du nôtre_. On se parle et on se connaît mieux. On fait de plus en plus d'actions ensemble. Mais on n'oublie pas nos revendications : le pouvoir d'achat et le prix du carburant. Cela fait treize mois que ça dure, ils (le gouvernement) ne nous ont toujours pas écouté."

"On est dehors contre la réforme des retraites parce que derrière, c'est tout un monde de solidarité qui va disparaître."

"Il y a des gens de tous ces mouvements en lutte qui se parlent et ce n'est pas fini," prévient Raymond.

Ce rapprochement entre syndicats et gilets jaunes était encore inenvisageable il y a quelques semaines. "Mais là, ce qui a changé, c'est qu'on le montre, confie Anne, membre des gilets jaunes à Nancy. Au départ du mouvement, des syndicalistes étaient présents mais la majorité d'entre nous ne voulaient pas montrer ce côté-là. On ne voulait pas de pancartes, pas d'étiquettes. Tu étais gilet jaune et c'est tout. Et puis, au fur et à mesure, on avance, on évolue et on se rend compte que la convergence est nécessaire."

La balle était également dans le camp des organisations syndicales, estime Thomas de la FSU. "Le mouvement syndical a mis du temps pour prendre la mesure de ce qui se jouait dans le pays. Ce qui se traduit depuis plus d'un an : c'est un malaise profond."

"La convergence, on ne l'a pas forcément cherchée, ni voulue. Mais c'est comme ça elle est là."

"Enfin ! Les syndicats se sont réveillés", lance Sophie, infirmière au CHU de Nancy et militante CGT. 

"Il n'y a pas d'autre choix que d'être ensemble, peu importe la couleur de nos gilets."

"Ça suffit de crever et d'avoir du mal à finir les fins de mois, conclut-elle. Il est grand temps que les choses changent, et là, ça commence à changer. Ça donne beaucoup d'espoir pour la suite".

La manifestation nancéienne s'est terminée dans le calme. Aucun débordement majeur n'a été constaté. Les forces de l'ordre ont tout de même utilisé du gaz lacrymogène pour disperser des manifestants en fin de cortège entre la rue Saint-Jean et la place de la République. 

La prochaine mobilisation à l'appel de l'intersyndicale est prévue le 9 janvier. D'ici-là, les syndicats promettent des initiatives locales "pour éviter toute trêve pendant les fêtes de fin d'année," explique-t-on à la CGT.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu