Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nancy : manifestation d'une cinquantaine de policiers place Stanislas

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Une cinquantaine de policiers se sont réunis place Stanislas à Nancy ce jeudi soir vers 22 heures. Ils entendaient dénoncer les propos de leur ministre de tutelle Christophe Castaner sur le racisme dans la police.

Police (photo illustration)
Police (photo illustration) © Maxppp - Lionel Vadam

Où s'arrêtera la colère des policiers ? Quelques heures après avoir reçu leurs syndicats, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner n'a semble-t-il par réussi à rallier à lui les fonctionnaires de police. Des policiers heurtés pour certains par les annonces du ministre lundi appelant à suspendre systématiquement les policiers soupçonnés de racisme et interdisant la technique d'interpellation de l'étranglement.

Menottes au sol

Ce jeudi soir, une cinquantaine de policiers ont fait irruption place Stanislas vers 22 heures, gyrophares allumés, pour montrer leur colère, à l'appel des syndicats. Ils ont symboliquement jeté leurs menottes au sol devant les passants. Une colère sous les fenêtres du préfet de Meurthe-et-Moselle. Régis Peiffer, délégué du syndicat Unité SGP Police FO, parle d'un ras-le-bol : 

"C'est faire comprendre aux gens qu'on est plus en capacité de faire notre travail, d'interpeller des gens en toute sécurité. Quelque part, il y a une complaisance à l'égard du délinquant alors qu'aux policiers, on ne laisse rien passer. C'est choquant. Ce qui est malheureux, c'est de fustiger une profession pour quelques comportements maladroits voire peut-être délictuels."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess