Infos

A Nantes, reprise des hostilités autour de la loi Travail

Par France Bleu Loire Océan, France Bleu Loire Océan et France Bleu dimanche 28 août 2016 à 14:14

Vitrines des Galeries Lafayette caillassées à Nantes
Vitrines des Galeries Lafayette caillassées à Nantes © Radio France - France Bleu

Après un printemps très perturbé par les manifestations contre la loi Travail et de la casse, les Nantais ont pu souffler pendant l'été. Mais ce samedi, les hostilités ont repris dans le quartier Bouffay. Pas d'énormes dégâts comme avant les vacances, mais un goût de déjà-vu pour les commerçants.

Le collectif "à l'abordage" avait prévenu sur sa page Facebook : "le 27 et 28 août, reprise des hostilités". Un weekend pas choisi au hasard puisque c'est en ce moment que devait se tenir initialement l'université d'été du Parti Socialiste à Nantes. Mais par crainte des débordements, les ténors du parti ont préféré annuler l’événement. Au départ, la manifestation s'est déroulée dans un bon état d'esprit. Une partie de l'après-midi, une centaine de manifestants s'est réuni devant le miroir d'eau à Nantes pour débattre de sujet comme "Faut-il un gouvernement ?" ou "la loi Travail". Puis le soir, une marche "funèbre" est organisée pour "enterrer le Parti Socialiste". Pour l'occasion, un faux cercueil et un faux prêtre sont de sortie.

Les distributeurs de billets à nouveau pris pour cible - Radio France
Les distributeurs de billets à nouveau pris pour cible © Radio France - France Bleu

Puis le cortège se dirige vers le centre ville. Pour l'occasion, les forces de police surveillent mais sont beaucoup moins nombreuses que lors des manifestations du printemps. Le groupe s'engouffre dans le quartier Bouffay. Les clients des restaurants se retournent au passage des manifestants hurlant des slogans anti-PS. La situation tourne au vinaigre près de la Place du Pilori. Les Galeries Lafayette sont prises pour cible. A coup de pierre et de masse selon les témoins, les manifestants amochent les vitrines sans les faire tomber complètement. Ce dimanche matin, le magasin porte les stigmates de ce caillassage comme quelques distributeurs de billets. Des tags recouvrent également certains murs du quartier (Il n'y aura pas de présidentielles, la rose est fanée...).

Des manifestations qui font fuir les touristes du centre ville

Les CRS ont dû lancer des grenades lacrymogènes pour disperser le groupe de casseurs. Jean, un restaurateur juste à côté des Galeries Lafayette, a encore perdu des clients mais reste diplomate : "Je ne pense pas que les manifestants voulaient tout casser au départ. Ils criaient leurs slogans mais quand ils ont vu les policiers et les CRS arriver en masse, c'est parti en cacahuètes (sic)". Malgré tout, les commerçants du quartier s'inquiètent de la reprise de la "saison des manifestations".

La trève estivale c'est fini. Et vu l'état actuel des choses, jusqu'aux élections présidentielles de 2017, je ne vois pas comment ça pourrait s'améliorer. On va encore avoir des dizaines de camions de CRS dans le quartier à chaque manifestation. C'est un manque à gagner considérable à chaque fois. Heureusement, nos boutiques n'ont rien subi. Mick, restaurateur dans le quartier Bouffay

Des groupes de réflexion, à l'appel également du collectif "à l'abordage", se réunissent à nouveau ce dimanche au miroir d'eau pour débattre des sujets de société comme la déchéance de nationalité ou les lois "antisociales" du gouvernement, dont cette loi Travail, adoptée au début du mois de juillet. Des débats dans un esprit convivial et sans heurts.

Partager sur :