Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Économie – Social

Nausicaá, à Boulogne : 70 millions d'euros de retombées économiques espérées

vendredi 18 mai 2018 à 6:54 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

Le nouveau Centre national de la mer, c’est un investissement de 70 millions d’euros d'argent public. Mais cet agrandissement de Nausicaá entraîne la création de 140 emplois directs, en plus des retombées sur le commerce et les professionnels locaux du tourisme.

140 personnes à embaucher, 1 million de visiteurs et 70 millions d'euros de retombées économiques, c'est le nouveau Nausicaá.
140 personnes à embaucher, 1 million de visiteurs et 70 millions d'euros de retombées économiques, c'est le nouveau Nausicaá. © Radio France - Matthieu Darriet

Boulogne-sur-Mer, France

Aglaé Galtier est un très bel exemple de l'impact de Nausicaá sur le territoire boulonnais. Cette jeune femme de 24 ans, originaire de Toulouse, est installée depuis maintenant un an dans la région. Elle a été embauchée comme soigneuse. Sa spécialité, ce sont les coraux, en lien direct avec sa formation en biologie et écologie : 

Nausicaá c'est une des grandes références dans le milieu, pour le corail ; c'est pour ça que j'ai choisi de venir ici.

Arrivée de Toulouse, Aglaé Galtier est soigneuse, spécialiste des coraux. Elle fait partie des 140 personnes qui vont renforcer l'équipe de Nausicaá pour cet agrandissement. - Radio France
Arrivée de Toulouse, Aglaé Galtier est soigneuse, spécialiste des coraux. Elle fait partie des 140 personnes qui vont renforcer l'équipe de Nausicaá pour cet agrandissement. © Radio France - Matthieu Darriet

"Le matin, ma journée commence par un petit tour d'observation des filtrations, des températures, des poissons, des coraux, pour s'assurer que tout va bien, poursuit la soigneuse. Après, je vais en cuisine pour préparer la nourriture, puis je nettoie les vitres et une fois que les visiteurs sont là, on échange avec eux, pour répondre aux questions".

Au total, ce sont plus de 140 postes, en équivalent temps plein, que cet agrandissement permet de créer. Les deux-tiers des personnes embauchées sont boulonnaises, les autres, sur des compétences plus rares, viennent de plus loin, mais s’installent sur le territoire.

L'entreprise Nausicaá double de taille en un an !

C'est un véritable big-bang pour l’entreprise Nausicaá qui a dû anticiper, raconte Bruno Armand, son Secrétaire général :  " cela fait maintenant  4 ou 5 ans qu'on travaille sur l'évolution des profils de nos salariés déjà en poste. Un exemple précis, avec l’accueil, où nous avons souhaité que nos personnels aient des notions de néerlandais. L'objectif étaient de ne pas mettre en difficultés ces personnels par rapport aux nouveaux embauchés, donc il y a eu des formations. Ceci permettait de garder cet esprit d'équipage que nous avons à Nausicaá".

Bruno Armand : "on double le nombre de salariés, comme on double la surface, le volume d'eau et le nombre de visiteurs".  - Radio France
Bruno Armand : "on double le nombre de salariés, comme on double la surface, le volume d'eau et le nombre de visiteurs". © Radio France - Matthieu Darriet

On double le nombre de salariés, comme on double la surface, le volume d'eau et le nombre de visiteurs.

Un million d'entrées ? 

Car l’objectif est de dépasser le million de visiteurs. Une année d’agrandissement, Nausicaá était déjà monté jusqu’à 900.000 personnes, mais là, l’idée est de pérenniser ce haut niveau de fréquentation, souligne Anne Demilly, la directrice marketing du centre :  "le rayonnement de Nausicaá va largement dépasser la zone des deux heures de route, que nous avions depuis 27 ans. Nous ciblons les grandes capitales européennes à trois heures de route. L'idée est de faire venir des personnes de plus loin et de les faire rester sur le territoire, c'est pour ça qu'on a mis en place une option deuxième journée.

Trois heures de route aller, trois heures retour, et plus de quatre heures de visite, forcement cela va générer des courts séjours. 

De quoi espérer plus de 70 millions d’euros, par an, de retombées économiques dans les commerces, mais surtout dans les hôtels et les restaurants.

Anne Demilly cherche à faire venir des visiteurs de plus loin en les incitant à rester dans le Boulonnais pour un court séjour. - Radio France
Anne Demilly cherche à faire venir des visiteurs de plus loin en les incitant à rester dans le Boulonnais pour un court séjour. © Radio France - Matthieu Darriet

Quant au public local, il se verra proposer un abonnement, à l’issue de chaque visite, pour accéder à Nausicaá en illimité. De quoi venir juste une heure, un mercredi après-midi avec les enfants ou le dimanche quand il ne fait pas beau.