Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

N°1 au baromètre de l'emploi : Le Loiret a besoin d'aides-soignants

lundi 27 août 2018 à 18:47 Par Eric Normand, France Bleu Orléans

Quels sont les métiers les plus proposés en Centre-Val de Loire pour cette rentrée de septembre ? Selon le baromètre régional de l'emploi, 3 secteurs sont en tête : les aides-soignants, l'emballage manutentionnaires et les télévendeurs. 7% des offres concernent le secteur médical et de la santé.

Le Loiret a besoin d'aides-soignants.
Le Loiret a besoin d'aides-soignants. © Maxppp - Belpress

Loiret, France

Dans le Loiret, les secteurs qui embauchent restent sans surprise pour cette rentrée le commerce, l'industrie, les services avec notamment les entreprises de logistique et de transports. Mais pour la cosmétique ou encore la pharmacie, ces secteurs habituellement gros pourvoyeurs d'emplois, l'intérim tourne un peu plus au ralenti. En fait, le secteur médical et de la santé arrive en tête du classement du baromètre de l'emploi en Centre-Val de Loire. C'est la région qui enregistrent le plus de demandes d'aides-soignants. Cela représente 7% des offres d'emploi. 

Une formation d'aides-soignants à Briare

Le métier d'aides-soignants est l'un des métiers les plus recherchés dans la région. Ce n'est donc pas un hasard si une nouvelle formation a démarré ce lundi 27 août à Briare, dans le Giennois. 20 personnes vont suivre des cours pendant 10 mois. Jusqu'à présent, les formations d'aides-soignants avaient lieu seulement à l'Hôpital d'Orléans et à celui de Montargis. Mais, aujourd'hui, "l'idée est de délocaliser ses formations au plus près des besoins," comme l'explique Sylvie Quatrehomme, directrice de l'institut de formation paramédicale de l'hôpital d'Orléans, "certains n'ont pas leur permis de conduire, ils ne peuvent donc pas se rendre dans les grandes villes pour se former. C'est un problème de mobilité d'une façon générale." 

Une subvention de 100 000 euros du conseil régional

C'est grâce à une subvention de 100 000 euros du conseil régional que cette délocalisation à Briare a pu voir le jour. "C'est important de croiser le personnel qui veut se former avec les structures qui veulent embaucher", rappelle Anne Leclerc, vice-présidente du conseil régional déléguée à la santé, "des ephad, des associations d'aides à domicile, des hôpitaux sont en recherche constante de personnel et cette formation à Briare est un levier pour lutter contre la désertification médicale. Mais ça ne suffira pas. On le sait bien. C'est quand même important que des gens puissent se former sur leur territoire et y rester."  

Des embauches en CDI 

Briare n'est pas le seul centre de formation délocalisé. C'est aussi le cas à Bourgueil (Indre-et-Loire), et à Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher). "Nous répondons au souhait de formation des publics, aux  besoins des employeurs et à la demande des patients," ajoute Sylvie  Quatrehomme, "à la sortie de l'école, c'est quasiment une embauche à 100%, et même en CDI pour moitié des personnes qui sortent de la formation."