Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Négocations plutôt tendues chez Ibiden, à Courtenay

-
Par , , France Bleu Orléans

Dans le Loiret, l'usine Ibiden de Courtenay est totalement paralysée par une grève depuis vendredi. Les 300 salariés du sous-traitant automobile, qui fabrique des filtres à particules pour les voitures diesel, redoutent la délocalisation d'une partie de la production, en Hongrie.

Grosse colère des salariés de chez Ibiden à Courtenay
Grosse colère des salariés de chez Ibiden à Courtenay © Radio France - Patricia Pourrez

Courtenay, France

Au loin, on aperçoit de grosses fumées noires et épaisses. Elles proviennent des dizaines de palettes et de pneus en train de brûler dans la cour d'Ibiden. Depuis vendredi, le sous-traitant automobile, qui fabrique des filtres à particules pour les voitures diesel à Courtenay, est totalement paralysé par une grève. Les 300 salariés du site craignent la délocalisation d'une partie de la production, en Hongrie. Ibiden appartient à un groupe Japonais qui a tenté de les rassurer ce lundi après-midi mais sans succès pour l'instant.

Cette grève est partie d'un document interne que les syndicats se sont procurés: le site de Courtenay ne serait plus assez rentable notamment pour l'assemblage des filtres. Cette activité pourrait donc être transférée en Europe de l'Est. 174 postes sont menacés. La direction assure qu'il ne s'agit que d'une hypothèse de travail et que rien ne sera tranché avant fin janvier. Mais les salariés comme Mustapha veulent des réponses tout de suite: "Notre plus grosse crainte, c'est qu'on nous tire jusqu'au mois de janvier pour nous annoncer la mauvaise nouvelle de la fermeture, c'est pourquoi on veut des réponses aujourd'hui. Des réponses écrites. On ressent le désespoir."

Après 5 heures de négociations en visioconférence avec le Japon, Ibiden s'est engagé à préciser son plan d'action dans les prochains jour. Mais rien ne dit que le site de Courtenay sera sauvé. Le directeur du site, lui, aurait déjà été mis à pied pour ne pas avoir su gérer cette crise. Des élus locaux se sont aussi invités à la table des négociations notamment le Maire de Courtenay. En 2002, les collectivités locales avaient aidé le groupe à s'installer dans le Loiret. L'usine avait aussi été soutenue financièrement par l'état au moment de la crise du secteur automobile en 2007.

Reportage à Courtenay sur le site d'Ibiden

Choix de la station

France Bleu