Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Négociations chez Valinox Nucléaire : une grève peu suivie à Montbard

mardi 1 décembre 2015 à 15:10 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Bourgogne

Les négociations annuelles battent leur plein chez Valinox Nucléaire mais des désaccords subsistent. La CFDT a organisé un mouvement de grève à 12H30 peu suivi des salariés. Lionel Demassey, secrétaire général du syndicat de la métallurgie de Côte-d'Or évoque le mouvement.

L'entreprise Valinox produit des tubes pour l'industrie nucléaire à Montbard.
L'entreprise Valinox produit des tubes pour l'industrie nucléaire à Montbard. © Maxppp - Maxppp

Montbard, Côte-d'Or, France

Depuis une dizaine de jours, les négociations annuelles sont ouvertes entre le patronat et les syndicats. La direction propose une prime « challenge » de 80€, +1% de majoration pour 20 ans d'ancienneté puis +0,3% promotions aléatoires et +0,2% de prime de fin d'année. Des propositions qui ne satisfont pas la CFDT, qui demande des "mesures collectives sur la durée" pour accompagner les efforts consentis par les salariés ces derniers mois. En effet, ceux-ci ont du aménager leur temps de travail :

Le travail est habituellement organisé sur le cycle des trois-huit mais on va être obligé d'abandonner d'une partie des postes de nuit. Cela équivaut à une baisse du salaire d'environ 10% pour les salariés qui ne travailleront plus. Les gens voient ça comme une baisse de travail. Ils se demandent si ils auront encore du travail en 2017. C'est un peu ça qui refroidit les gens.

Des salariés refroidis en effet : l'appel à la grève a été suivi par une vingtaine de personnes seulement.

C'est surtout parce que les gens ne sont pas motivés pour faire une grève. Ils partent du principe que la direction ne veut pas donner. On leur fait peur, on leur dit qu'on va perdre de l'argent.

La faute aussi, selon Lionel Demassey, au dispersement des revendications syndicales :

Sur beaucoup d'entreprises du groupe des intersyndicales sont organisée. Sur le Nord, il y a un appel vendredi de la CGT concernant le PSE (plan de sauvegarde pour l'emploi). Mais on estimait que c'était trop loin des négociations. Cela a un peu cassé le mouvement.

Selon Lionel Demassey, l'entreprise bénéficie de marges avantageuses. Cela est dû en partie au secteur de pointe et à la qualité des tubes produits sur site, mais également aux efforts de chaque salarié :

On leur demande de faire des économies sur tout, de devenir meilleurs, de faire le moins d'erreurs possibles. On fait des tas d'actions pour les rendre plus performants et pour viser l'excellence. En contrepartie, on n'a jamais de retour direct sur la plus-value que fait l'entreprise. Ce n'est plus tenable au bout d'un moment.

Une prime mensuelle de 70€ existe déjà, la CFDT désire que celle-ci atteigne 100€ :

Pour motiver les salariés qui visent l'excellence. Quand on demande toujours plus aux salariés et qu'il n'y a pas de retour direct, ce n'est plus tenable au bout d'un moment.

Valinox Nucléaire, entreprise du groupe Vallourec, fera encore des bénéfices en 2016, malgré une baisse de son carnet de commandes et une chute du prix du baril de pétrole qui n'a pas augmenté la rentabilité du groupe.