Économie – Social

Nespresso se résigne à faciliter l'usage de dosettes concurrentes

Par Thibaut Lehut, France Bleu jeudi 17 avril 2014 à 16:38

25% des dosettes fabriquées à l'échelle mondiale sont vendues en France
25% des dosettes fabriquées à l'échelle mondiale sont vendues en France © Maxppp

Le fabricant de machines à café Nespresso, pressé par l'Autorité de la concurrence, s'est engagé ce jeudi à rendre plus facile l'utilisation de dosettes concurrentes.

Dans un communiqué publié ce jeudi, Nespresso s'engage à donner à ses concurrents davantage d'information sur les machines à café qu'il fabrique. Le but : faciliter l'usage de dosettes qui ne sont pas fabriquées par ses soins. Nespresso n'est pas devenu brusquement philanthrope et fait ses annonces sous la pression de l'Autorité de la concurrence. Cette dernière, saisie en 2010 et 2011 par deux fabricants de dosettes compatibles avec les machines Nespresso, conteste les pratiques du leader du marché.Deux éléments posent notamment problème. L'Autorité considère d'abord que les modifications qui sont appliquées au fil du temps aux machines Nespresso finissent par rendre les capsules concurrentes incompatibles. Sur ce point, le fabricant s'engage à communiquer "au moins trois mois à l'avance" les changements techniques apportées à ses machines. Deuxième critique, juridique cette fois-ci : l'Autorité considère que les conditions de garantie imposées par Nespresso sont contestables. Cette dernière ne tient que si le consommateur utilise exclusivement des capsules de la marque. Le fabricant a annoncé accepter de modifier les conditions de ses garanties.

D'éventuelles procédures début juillet

Reste à mettre ces promesses en pratique. L'Autorité de la concurrence surveillera le marché jusqu'au 19 mai, et rendra ses conclusions en juillet. Si ces engagements "sont suffisants et pertinents" pour permettre le développement des concurrents, elle passera l'éponge. Dans le cas contraire, elle pourrait engager une procédure contentieuse pour abus de position dominante, avec à la clé d'éventuelles amendes."Mais nous n'en sommes pas là pour le moment", a  souligné le président de l'Autorité, Bruno Lasserre. "C'est une première mondiale de voir ainsi un groupe mondial s'engager ainsi de manière négociée à modifier ses pratiques sur un de ses principaux  marchés", s'est-il réjoui lors d'un point presse. Sans doute Nespresso n'a-t-il pas vraiment le choix : le marché français représente environ 25% des ventes mondiales de dosettes.