Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Neuhauser évite le scandale à Folschviller

A cause du coronavirus, la boulangerie industrielle Neuhauser à Folschviller avait prévu de détruire entre 800 et 1.200 palettes de viennoiseries surgelées selon la CGT car les stocks débordent. La direction fait machine arrière ce jeudi et va offrir la marchandise aux associations et aux salariés.

L'une des trois usines Neuhauser à Folschviller.
L'une des trois usines Neuhauser à Folschviller. © Radio France - François Pelleray

"On a dû faire beaucoup de bruit mais on a réussi à les faire plier" . A la veille de la symbolique fête du travail, la CGT y voit un signe. En effet, la direction de Neuhauser ne va pas détruire des millions de pains au chocolat, de croissants et de baguettes de pain comme prévu, conséquences de l'épidémie de coronavirus. Elle va en faire cadeau aux salariés mais aussi aux associations caritatives "c'est extrêmement important" estime le délégué CGT du site de Foslchviller Christian Porta, "on ne peut pas se permettre de jeter des produits propres à la consommation quand on connait la crise sanitaire et économique actuelle".

800 à 1.200 palettes sauvées

La boulangerie industrielle de Folschviller vient de connaître 2 plans sociaux et emploie 250 salariés en Moselle. Neuhauser qui a des sites à Reims et Maubeuge fait partie des entreprises essentielles qui doivent continuer à produire, mais les viennoiseries ne s'écoulent pas en ce moment, "on subit une baisse de consommation" déplore le délégué CGT : les pains au chocolats, les croissants ou les baguettes précuites et surgelées ne se vendent presque plus dans les LIDL ou Carrefour, et les autres clients (Action, Noz) sont fermés. La marchandise s'accumule en Moselle dans une grande chambre froide et la date de péremption (DLUO) approche, d'où la décision initiale de détruire. "Les salariés de la logistique nous ont alertés, ils estimaient que c'était scandaleux" raconte Christian Porta "on voit dans les quartiers populaires, des travailleurs au chômage partiel, ils touchent 84% de leur salaire, il y a une crise de la faim c'est horrible"

Les associations caritatives contactées

Ce jeudi après-midi, la direction qui n'a pas réagit aux sollicitations de France Bleu Lorraine, a donc revu sa position selon la CGT. Les viennoiseries, "des millions de produits", vont être distribués d'abord aux salariés de l'entreprise à Reims, Maubeuge et Folschviller, des palettes vont être proposées aux associations caritatives qui possèdent des grandes chambres froides. Pour le reste, le syndicat a fait une proposition "une distribution le week-end par les salariés, quand l'usine est à l'arrêt, en drive et  en respectant les gestes barrières". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess