Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Nice entre en croisade contre le logement indigne

-
Par , France Bleu Azur

La Ville de Nice lance un plan d'action pour lutter contre les logements dangereux et éviter un drame comme l'effondrement de deux immeubles à Marseille. Neuf habitations de Nice sont sous le coup d'un arrêté de péril.

Alain Philippe, directeur général des Services Techniques
Alain Philippe, directeur général des Services Techniques © Radio France - Fabien FOUREL

Après l'émotion, l'action. La ville de Nice présente ce vendredi en conseil municipal une série de mesures pour éviter un drame comme celui de Marseille (la mort de 8 habitants dans l'effondrement de deux immeubles délabrés). Au menu, un renforcement des mesures de suivi des habitats en péril mais aussi une meilleure prévention auprès des syndics. Enfin, en cas d'inaction des propriétaires sur un logement signalé comme dangereux, la mairie veut une plus grande rapidité d'action du procureur (les délais actuels sont parfois de plusieurs années pour obliger les propriétaires à entreprendre des travaux). 

"Le dispositif est déjà très important avec 76 millions d'euros déjà investis pour sortir de l'habitat indigne, et désormais nous allons inciter plus fortement les propriétaires et les syndics a entretenir leurs bâtiments." Alain Philippe, DG Services Techniques Ville de Nice.

Et il y a urgence : à Nice comme à Marseille il y a des logements dangereux. Neuf arrêtés de mise en péril ont été pris par la Ville pour des logements dangereux. Exemple rue de Belgique dans le centre-ville où des locataires paient 600 euros pour un appartement au cœur d'une résidence où la cour intérieure est interdite car délabrée et dangereuse. Et pourtant le bailleur ne fait rien, aucun travaux pour le moment. 

"Il n'y a pas de risque pour ces locataires, le risque est simplement dans la cour intérieure du bâtiment, pas dans les logements." Alain Philippe, DG Services Techniques Ville de Nice. 

Mais alors sommes-nous à l'abri à Nice d'un drame comme celui de  Marseille ? Impossible de l'affirmer, répond Alain Philippe des services techniques. 

Réecoutez l'interview complète d'Alain Philippe - Directeur Général des Services Techniques de la ville

Choix de la station

À venir dansDanssecondess