Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Niort : un avis d'obsèques pour annoncer une grève dès aujourd'hui à l'hôpital psychiatrique de Niort

mercredi 5 septembre 2018 à 16:02 Par Marie-Coralie Fournier, France Bleu Poitou

La CGT et FO de l'hôpital de Niort ont publié un avis d'obsèques des services psychiatriques. L'idée c'est de mobiliser cet après midi le personnel et la population pour une veillée funèbre prévue dans le hall de l’hôpital.

L'avis d'obsèques est diffusé par FO et la CGT.
L'avis d'obsèques est diffusé par FO et la CGT. - FO 79

Niort, Deux-Sèvres, France

Ils ont choisi l'avis d'obsèques et la nécrologie pour annoncer leur mobilisation : deux syndicats de l'hôpital psychiatrique de Niort (FO et la CGT) ont publié ce texte, rédigé comme un avis d'obsèques.

Ils annoncent le "décès de l'ensemble des service de la psychiatrie" du Centre Hospitalier de Niort, qui "agonise des suites d'une longue maladie depuis de nombreuses années".

Cet avis appelle au rassemblement le lundi 10 septembre à 14h, dans le hall administratif de l'hôpital, "pour une durée illimitée".

Les syndicats dénoncent un manque de personnel, un management autoritaire, et un épuisement des équipes. Ils réclament des recrutements et des moyens financiers supplémentaires.

Et la psychiatrie n'est pas la seule touchée. Tout l’hôpital est en crise selon la CGT et FO. Le secrétaire général de Force Ouvière d'affirmer que dans certains services le ménage n'est plus fait depuis huit jours et que 8 des 15 infirmiers sortis d'école en juillet et qui avaient été recrutés ont démissionné vu les conditions de travail.