Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Noël : les commerces relais croulent sous les colis à Guéret

-
Par , France Bleu Creuse

A 10 jours de Noël, les clients défilent dans les commerces guérétois qui font point de dépôt pour les colis. Traditionnellement, le flux de paquets augmente toujours à la période des fête. Mais cette année, les achats en ligne semblent avoir été boostés par le confinement.

Solène Agabriel, la gérante du marché aux fleurs à Guéret, devant les colis
Solène Agabriel, la gérante du marché aux fleurs à Guéret, devant les colis © Radio France - Camille André

C’est la folie des colis en ce moment, dans les commerces relais guérétois. A dix jours de Noël, les cartons s’empilent dans les arrière-boutiques et les clients n’ont qu’une phrase à la bouche, "bonjour, je viens chercher mon paquet !" Avec le confinement, la peur du coronavirus et parfois par facilité, beaucoup de Creusois ont opté pour des achats en ligne cette année. 

80 paquets réceptionnés chaque jour au "Marché aux fleurs"

Solène Agabriel est la gérante du "marché aux fleurs" à Guéret. Elle fait partie du réseau relais pickup Chronopost et chaque jour entre 80 et 90 clients passent dans sa boutique pour récupérer un colis. La fleuriste estime que dans sa boutique, le flux de colis a augmenté d’un tiers par rapport à l’an dernier et à ses yeux, l'explication est simple, "c'est certainement dû au confinement." 

"Les gens ne souhaitent pas ou ne peuvent pas sortir en magasin et donc se facilitent la vie en achetant sur internet", suppose Solène Agabriel. La commerçante ne touche que quelques centimes par colis, mais elle y voit un autre intérêt, "ça permet aux clients de connaitre notre magasin. Ca fait du passage en boutique et certains se laissent tenter. Surtout les hommes d'ailleurs. Ils viennent chercher un colis et ils repartent avec un bouquet pour leur femme."

Le flux de colis augmente depuis le mois de novembre

A quelques mètres de là, Laurette Bailly tient la maison de la presse de la place Bonnyaud, avec son mari, iIls sont points relais UPS. En temps normal, ils réceptionnent une quinzaine de colis par jour, mais à l'approche des fêtes, les livreurs leur en amènent le double. "Ca a commencé à augmenter depuis le début du confinement, début novembre", estime Laurette Bailly.

Les colis sont nombreux dans la réserve de la maison de la presse.
Les colis sont nombreux dans la réserve de la maison de la presse. © Radio France - Camille André

Pour le moment il reste encore un peu de place dans l'arrière-boutique mais Laurette Bailly reste prudente, "on verra la semaine prochaine. Peut-être qu'il y aura un rush quelques jours avant les fêtes."

Un vrai Tetris pour le rangement 

La librairie Au fil des pages fait elle aussi point relais depuis une quinzaine d'années, entre 30 et 50 colis sont livrés chaque jour chez eux. Ils n'ont pas constaté de hausse par rapport à l'an dernier. Heureusement d'ailleurs, car le stockage de ces paquets représente déjà une véritable organisation ; "C'est un vrai Tetris : il faut caler les colis de la même grosseur ensemble et s'arranger pour avoir quand même accès à ceux qui sont en dessous. C'est de la manutention", explique Julia Giraud.

Il faut faire un "tétris" pour que tous les colis rentrent dans la réserve de la librairie
Il faut faire un "tétris" pour que tous les colis rentrent dans la réserve de la librairie © Radio France - Camille André

Cette activité ne représente pas un gros apport financier, "on gagne 30 centimes par colis, déclare Fabien Giraud, c'est donc un tout petit plus." Heureusement, les libraires sont formels : "certaines personnes ont découvert la librairie en venant chercher un colis et maintenant elles sont clientes." Une chose laisse tout de même Fabien Giraud pensif, "à Guéret il doit y avoir dix ou quinze commerces qui font point de dépôt de colis, admettons qu'ils aient tous une trentaine de paquets par jour actuellement, vous imaginez le volume que ça représente" calcule-t-il. Autant d'achats qui ne bénéficient pas aux commerces de proximité

Choix de la station

À venir dansDanssecondess