Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Notre Dame de Sanilhac : une vingtaine de salariées de la maison de retraite des Cébrades débrayent

-
Par , France Bleu Périgord
Notre-Dame-de-Sanilhac, Dordogne, France

Depuis lundi, une vingtaine d'employées de la maison de retraite des Cébrades à Notre Dame de Sanilhac débrayent entre 12 et 13 heures contre la disparition d'un poste d'agent de vie sociale.

Les employées de l'Ehpad des Cébrades  mobilisées
Les employées de l'Ehpad des Cébrades mobilisées © Radio France - Valérie Déjean

Une vingtaine d’employées de la maison de retraite des Cébrades à Notre Dame de Sanilhac se mobilisent depuis le début de la semaine  pour protester contre la suppression d’un poste d’agent de vie sociale qui gère une bonne partie du quotidien de l'EHPAD (aide aux repas, entretien des chambres entre autres). Ce poste précieux permet aux aides soignantes de passer un peu plus de temps avec les 73 résidents de cette maison de retraite privée qui appartient au groupe Korian depuis trois ans. 

Mobilisation du personnel  des Cébrades pour le maintien d'un poste d'agent de vie sociale
Mobilisation du personnel des Cébrades pour le maintien d'un poste d'agent de vie sociale © Radio France - Valérie Déjean

Pour Karine VAUX, aide soignante depuis 18 ans aux Cébrades, la suppression de ce poste est très injuste pour la prise en charge des résidents. Elle va entraîner une surcharge de travail pour certaines collègues parce que ce poste est essentiel.

La direction a d'abord refusé de s'exprimer, attendant de connaitre la réponse officielle de la  direction régionale du groupe. Finalement, elle explique que "les effectifs actuels à Notre-Dame-de-Sanilhac sont cohérents avec les exigences de l'Agence Régionale de santé."  Le responsable du site réfute le terme de suppression de poste et préfère parler de "ré-organisation". Les employées mobilisées à l'appel de la CGT réclament aussi une augmentation de salaire et des remplacements assurés à 100 %.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess