Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"Notre objectif : maintenir 200 emplois à Hérimoncourt", Grégoire Olivier, le secrétaire général du groupe PSA

Après le départ annoncé du groupe PSA du site historique d’Hérimoncourt (Doubs), la direction du groupe automobile veut calmer les choses. Par la voie de son secrétaire général, elle assure que l’objectif est de maintenir 200 emplois sur le site, et que trois partenaires se sont déjà manifestées.

Grégoire Gilles, le secrétaire général du groupe PSA assure que la réindustrialisation du site d'Hérimoncourt est possible
Grégoire Gilles, le secrétaire général du groupe PSA assure que la réindustrialisation du site d'Hérimoncourt est possible © Radio France - Christophe Beck

Hérimoncourt, France

La réindustrialisation du site PSA d’Hérimoncourt, c’est l’objectif sur lequel veut désormais se fixer l’entreprise. Après le choc de l’annonce du départ de l’usine d’Hérimoncourt, les dirigeants de PSA sont venus la semaine dernière proposer leurs pistes de réindustrialisation du site. La direction a annoncé début mars que l’usine historique de PSA, ouverte en 1833 à côté de Sochaux, allait fermer. L’activité "économie circulaire", qui consiste à reprendre des pièces automobile usagées et les refaire à neuf, sera transférée l’an prochain sur le site de Vesoul. 

De nouvelles activités envisagées

Grégoire Olivier, le secrétaire général du groupe PSA, a accordé un entretien à France Bleu Belfort Montbéliard ce lundi matin. Il explique que le groupe est à la recherche de projets qui pourraient s’implanter sur le site d’Hérimoncourt. Ces projets viendraient compenser en partie, les 200 emplois qui existaient sur le site de PSA.

Un processus est déjà en cours. Des entreprises se sont déjà manifestées. "La première est un sous-traitant de PSA qui travaille dans le domaine industriel de transport, qu’on connait bien et qui est très crédible. Les deux autres sont dans le domaine des services. Mais cela amènerait des activités et beaucoup de gens à venir régulièrement à Hérimoncourt."

Un groupe technique, composé d’une quinzaine de personnes (PSA, conseil général, conseil régional, agence de développement économique, caisse de dépôt et consignation…) piloté par le préfet se réunira chaque mois, pour instruire les dossiers. 

Notre objectif, c’est de maintenir 200 emplois

Grégoire Olivier, le secrétaire général du groupe PSA assure que l’objectif de réindustrialiser le site au niveau de 200 emplois est réalisable. "Il faudra sans doute trouver 2 à 3 partenaires pour y arriver". Les premiers porteurs de projets seront entendus début mai. PSA s’est fixé douze mois pour que les premiers projets arrivent à Hérimoncourt, c’est-à-dire avant même le départ du site actuel.

Le secrétaitre général de PSA assure que chaque salarié du site PSA d'Hérimoncourt aura une proposition d’emploi chez PSA à Sochaux, à Vesoul, ou ailleurs sur les sites de PSA s’ils le souhaitent. C'est en effet, une obligation légale.