Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

De plus en plus d'étudiants aux Restos du cœur dans le Gard

-
Par , France Bleu Gard Lozère

La 35e campagne d'hiver des restos du cœur démarre aujourd'hui. 133 millions de repas distribués chaque année en France grâce à l'association. Dans le Gard, c'est Bernard Boulery qui la préside et il observe une hausse du nombre de bénéficiaires chaque année.

Nîmes, France

La campagne d'hiver des Restos du cœur débute ce mardi 26 novembre. Déjà sa 35e campagne depuis sa création par Coluche, en 1985. Les bénévoles de l'association ont enregistré les inscriptions des nouveaux et anciens bénéficiaires

Une hausse de plus de 15 % du nombre de bénéficiaires dans le Gard 

Sur l'année écoulée, les Restos du cœur ont délivré, dans le Gard, plus d'1,4 million de repas. L'association ne serait pas contre l'arrivée de nouveaux bénévoles : en effet, le nombre de demandeurs augmente chaque année dans le département. "Nous observons toujours plus d'inscriptions, une hausse de plus de 15% du nombre de bénéficiaires dans le Gard cette année", déplore Bernard Boulery, le président des Restos du cœur dans le Gard. 

Plus de la moitié des 900.000 personnes accueillies ont moins de 26 ans

Autre constat : depuis quelques années, les personnes bénéficiant de cette aide sont majoritairement des jeunes Plus de la moitié (51 %) des 900.000 personnes accueillies par l'association lors de la dernière campagne 2018-2019 ont moins de 26 ans, 39 % des bénéficiaires sont des mineurs, enfants de parents qui viennent remplir leurs sacs de denrées, et 12 % sont âgés entre 18 et 25 ans. "Une précarité que l’on retrouve aussi logiquement parmi les étudiants et notamment à Nîmes", souligne Bernard Boulery. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu