Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"Nous confirmons notre présence" au Snowhall d'Amnéville assure le PDG du groupe LaBelleMontagne

Grâce à l'aide de la SPL Destination Amnéville pour payer la lourde facture d'électricité du Snowhall, fermé à cause de l'épidémie, le PDG du groupe vosgien LaBelleMontagne, qui l'exploite depuis 2018, peut envisager l'avenir plus sereinement sur cet équipement emblématique du pôle de loisirs.

Le groupe LaBelleMontagne exploite le Snowhall depuis 2018
Le groupe LaBelleMontagne exploite le Snowhall depuis 2018 © Maxppp - Alexandre Marchi

Fermé aux skieurs depuis plusieurs mois à cause des restrictions sanitaires, le Snowhall d'Amnéville devrait, si les conditions le permettent, rouvrir en septembre prochain. La promesse, avec toutes les précautions qui s'imposent, est de Jean-Yves Remy lui-même. Le PDG du groupe vosgien LaBelleMontagne, qui repris l'exploitation de la piste indoor en 2018, se réjouit de l'accord trouvé avec la SPL Destination Amnéville pour assumer, durant la période de fermeture, une partie des charges importantes qui pèsent sur cet équipement phare du pôle de loisirs. 

Nous avions tiré la sonnette d'alarme parce que nous atteignions des niveaux de déficits qui devenaient insupportables pour nous - Jean-Yves Remy, PDG du groupe vosgien LaBelleMontagne

La société a eu recours au chômage partiel, mais les aides versées par l'Etat, à l'échelle de groupe, sont insuffisantes pour assumer les dépenses incompressibles, en particulier la lourde facture d'électricité du Snowhall : 50.000 euros par mois pour maintenir le froid et la neige sur la piste. "La SPL nous a entendu" se félicite Jean-Yves Remy qui ajoute "cela confirme bien entendu notre présence sur site."

Couper l'électricité ou payer ? 

Mais pourquoi ne pas avoir simplement cessé de faire du froid pour économiser ces sommes ? "C'est quelque chose qui peut s'entendre, cela fait encore partie des éventualités et on ne les a pas encore évacuées, mais je peux comprendre qu'il y ait quelques incertitudes sur la capacité à refaire la neige après, avec une sorte de permafrost qui pourrait être déstabilisé si la température au sol redevenait positive" explique l'exploitant.

Démarrage prometteur 

Cette période de fermeture est, en tout cas, mise à profit pour poursuivre les travaux entrepris pour moderniser le site dont les résultats d'exploitations étaient encourageants depuis la reprise en main du groupe vosgien: le système de production du froid pour la partie technique, et l'accueil des clients d'autre part avec le bar-restaurant, la location du matériel, les vestiaires, le hall d'accueil et la vue sur la piste... 

"Nous arrivons dans la période où le Snowhall a assez peu d'activité. Nous envisageons donc une réouverture fin septembre-début octobre, au moment de la pleine saison" conclut le PDG du groupe vosgien LaBelleMontagne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess