Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Nouveau coup dur pour l'emploi à Brive : 95 postes supprimés chez Anovo

mardi 29 mai 2018 à 18:57 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

La dure nouvelle vient d'être annoncée ce mardi aux représentants du personnel du site Anovo en Comité Central d'Entreprise extraordinaire. La direction va supprimer 95 postes sur les 182 du site de Brive.

Anovo va supprimer 95 emplois à Brive
Anovo va supprimer 95 emplois à Brive - capture d'écran Google Street View

Brive-la-Gaillarde, France

C'est un nouveau gros coup pour l'emploi à Brive, et en Corrèze. Alors que le site d'Euralis (55 salariés) est promis à la fermeture et que Photonis va se séparer d'une cinquantaine de personnes dans le cadre d'une rupture conventionnelle collective, c'est à présent Anovo qui est sérieusement dans la tourmente.

95 postes supprimés

L'entreprise spécialisée dans la maintenance téléphonique va licencier 95 des 182 salariés du site de Brive. L'annonce vient d'être faite ce mardi aux représentants du personnel lors d'un Comité Central d'Entreprise extraordinaire qui s'est tenu à Roissy. Les autres sites d'Anovo sont épargnés par cette restructuration, à commencer par celui de Saint-Augustin, en Corrèze, mais aussi ceux de Beauvais et Montauban.

Troisième plan social en moins de dix ans

Pour le site d'Anovo à Brive, c'est le troisième plan de suppression de postes en moins de dix ans. A l'issue d'un redressement judiciaire, 120 salariés avaient mises à la porte en 2011, il y en avait eu 14 en 2015 lors du dernier plan social qui a touché l'entreprise.