Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Nouveau débrayage des personnels de la protection de l'enfance du Doubs

vendredi 15 mars 2019 à 17:08 Par Anne Fauvarque, France Bleu Besançon

Les professionnels de plusieurs structures de la protection de l’enfance ont de nouveau débrayé ce vendredi "pour la maintien des contrats jeunes majeurs dans le Doubs". Ils refusent la précarisation des jeunes accueillis.

Rassemblement devant l'Hôtel du Département ce vendredi à l'appel de l'intersyndicale CGT, CFDT et FO pour le maintien des contrats jeunes majeurs dans le Doubs.
Rassemblement devant l'Hôtel du Département ce vendredi à l'appel de l'intersyndicale CGT, CFDT et FO pour le maintien des contrats jeunes majeurs dans le Doubs. © Radio France - Anne Fauvarque

Besançon, France

Les professionnels de la protection de l'enfance et de l'hygiène sociale une nouvelle fois mobilisés à Besançon ce vendredi pour le maintien des contrats jeunes majeurs dans le Doubs. Les syndicats CGT, CFDT et FO appelaient à des débrayages toute la journée. Une petite quarantaine de personnes s'est rassemblée devant l'Hôtel du Département, avenue de la gare d'eau avec pancartes et drapeaux. Une délégation a été reçue.  

Les salariés dénoncent la précarisation des jeunes accueillis

Depuis le mois de décembre, les jeunes majeurs ne sont plus accueillis jusqu'à leurs 21 ans, selon eux, mais jusqu'à leurs 18 ans s'ils sont migrants, et leurs 19 ans s'ils sont français. "Inacceptable" dénoncent les salariés du secteur social et médico-social et "discriminatoire".  

Le Département, de son côté, dit se concentrer "après la majorité, sur les accompagnements permettant aux jeunes d’accéder à l’autonomie et à l’insertion professionnelle".

LIRE AUSSI : Aide sociale à l'enfance : quand les jeunes majeurs sortent des radars