Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : en Isère BeFC invente la "pile" de demain, avec du papier et des enzymes

-
Par , , France Bleu Isère

Chaque jour France Bleu Isère accompagne ceux qui font l'économie dans le département. Aujourd'hui une start-up iséroise, BeFC, qui a mis au point des "piles" à base de papier et d'enzymes !

Une pile naturelle et... petite !
Une pile naturelle et... petite ! - ©BeFC

Utiliser un principe qui en général fourni de l'énergie à notre corps pour délivrer... de l'électricité. Il fallait y penser et surtout le faire. C'est la performance de BeFC, start-up grenobloise, domiciliée sur le campus, qui vise le développement commercial et l'industrialisation de ses "piles" bio-enzymatiques dans les deux années qui viennent. Entretien avec Marie Berthuel, responsable scientifique de BeFC.

Marie Berthuel, BeFC a mis au point une pile bio-enzymatique. Qu'est-ce que c'est que ça ?

Nous appelons ça une "cellule" bio-enzymatique, donc qu'on fait c'est que avec plusieurs couches de papier les unes sur les autres, du papier cellulose et carbone, nous immobilisons des enzymes et grâce à ces enzyme, qui sont des protéines que l'on peut retrouver dans notre corps, nous arrivons à transformer des substrats tels que le sucre,  le glucose, et l'oxygène en électricité.

Finalement c'est un peu comme quand on mange et que dans notre corps ça donne de l'énergie ?

Exactement. Alors si vous voulez cette technologie, avant d'avoir été rapporté sur le papier, avait été envisagée pour des bio piles implantables. C'est le fruit de 38 années de recherche au CNRS, dont nous sommes une "spin-off". Aujourd'hui nous avons focalisé notre attention sur des marchés tels que l'IoT (internet des objets), le smart packaging (emballage intelligent), le bio-médical, l'agriculture et la logistique.

Est-ce qu'un jour on pourra s'en servir comme d'une pile classique ? Dans un jouet, la télécommande de notre télé...

Alors pas aujourd'hui. Aujourd'hui nous nous focalisons sur les dispositifs électronique de faible puissance. On est entre des micro-watts et quelques milliwatts donc pour des applications telles que des capteurs pour la température, l'humidité, la pression etc... le stockage de data (données) et ensuite la communication sans fil tel que le NFC, le Bluetooth. 

Et là vous en êtes-où de vos capacités de production ?

Nous avons créé la compagnie en mai 2020 et cette année 2021 nous nous concentrons sur le fait d'aller vers l'industrialisation, la production de masse, pour en 2022 essayer de produire 80 000 unités par jour. Pour le moment nous en sommes à 1 000 par jour a peu près.

  • BeFC a reçu cette année un "Innovation honory award" de la part du grand salon CES (Consumer electronic show) de Las Vegas, dont l'édition 2021 se tient à distance et via internet.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess