Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La société d'autoroutes Area face à la baisse d'affluence : "97% de notre chiffre d'affaires, c'est le péage"

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Remontées mécaniques fermées donc moins de touriste, et par conséquent moins de trafic routier. Comment s'en sort Area la société des autoroutes d'Auvergne-Rhône-Alpes ? Réponse avec son directeur, Alexandre Claude.

Borne routière au bord de l'A43, AREA (Société des Autoroutes Rhône-Alpes). Illustration.
Borne routière au bord de l'A43, AREA (Société des Autoroutes Rhône-Alpes). Illustration. © Radio France - Aurélien Acctar

Les sociétés d'autoroutes font partie des secteurs touchés par la baisse d'affluence touristique à la montagne cet hiver. Alexandre Claude est le directeur du réseau Area, la société des autoroutes d'Auvergne-Rhône-Alpes.

France Bleu Pays de Savoie - On arrive sur un nouveau week-end de chassé-croisé, à quoi peut-on s'attendre au niveau de la circulation, plutôt calme ? 

Alexandre Claude - Oui, après on va aussi observer ce qu'il va se passer. Le premier week-end, c'était les Lyonnais qui étaient en vacances donc ils pouvaient éventuellement partir à la journée. Le week-end dernier, il y a eu les Parisiens. On s'est demandé s'ils allaient partir le vendredi midi pour s'arrêter le vendredi soir sur Lyon vis-à-vis du couvre-feu, ou s'ils n'allaient partir que le samedi matin. On a observé qu'ils partaient finalement le samedi matin de Paris, avec un pic de trafic sur les autoroutes AREA en milieu d'après-midi. Là, avec la troisième zone qui va arriver plus la fin des vacances de la première zone, on va observer ce qu'il va se passer au niveau du chiffre trafic.

Vous avez des chiffres comparatifs du nombre de voitures sur la route entre cette année et une année plus normale ? 

On n'a pas encore les chiffres définitifs de cette année, mais on observe une baisse. Pour prendre un exemple sur la barrière de Chambéry, un départ en vacances sur 2019, pendant les grands départs de ski, c'est à peu près 60 à 70 000 véhicules par jour qui peuvent passer. Aujourd'hui, sur les deux premiers week-ends de départ en vacances, on est à beaucoup moins. 

On imagine que cette baisse de trafic représente une perte financière importante pour votre réseau ? 

Forcément, puisque pour une société d'autoroutes comme la nôtre, 97 % du chiffre d'affaires c'est le péage. Donc dès qu'il y a une baisse de trafic, il y en a forcément une au péage. Les chiffres qu'on a sont ceux de 2020 : on a fait moins 20 % de trafic sur l'année, répartis entre moins 8 % pour les poids lourds et moins 25 % pour les véhicules légers. Donc derrière ça fait plusieurs centaines de milliers d'euros qui n'ont pas été perçus en 2020.

Et concrètement, cette perte financière va se traduire comment ? Les tarifs des péages vont augmenter pour compenser ? 

Non ce n'est pas du tout prévu. Ça fait partie du risque "péage" pour les autoroutes : c'est contractuel. Donc il n'y a pas de compensation prévue pour ce type d'événement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess