Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

Nouvelle éco : recycler entièrement des masques usagés, le pari de Recnorec

-
Par , France Bleu Paris

La startup francilienne Recnorec fait le pari de recycler intégralement, et beaucoup plus rapidement, les masques usagés. Son ambition, grâce au financement de la Région et de certaines municipalités franciliennes : arriver à industrialiser à coût "raisonnable" le recyclage intégral de ces masques.

RecNoRec tente d'industrialiser le recyclage intégral des masques usagés, sans ôter les élastiques ni le pince-nez.
RecNoRec tente d'industrialiser le recyclage intégral des masques usagés, sans ôter les élastiques ni le pince-nez. © Radio France - Benjamin Bourgine

Actuellement, recycler des masques usagés demande plusieurs interventions. Ôter le pince-nez, les élastiques du masque chirurgical. Stocker le masque 15 jours, pour s'assurer de la disparition de toute éventuelle charge virale. Mais aujourd'hui, la startup francilienne Recnorec fait un autre pari : celui de recycler intégralement, et beaucoup plus rapidement, ces masques usagés.

"Recnorec n'est pas une entreprise qui recycle les masques par vocation, mais qui recycle les déchets plastiques qui sont trop complexes pour être recyclés seuls. On va considérer les masques comme un des ingrédients de nos formules pour concevoir des matériaux durables, et on va mélanger ces masques avec d'autres déchets non recyclables, pour en créer un métériau nouveau qui peut s'utiliser dans de nouvelles utilisations extérieures", explique Ugoline Soler créatrice de la start-up spécialisée dans le traitement des déchets plastiques non recyclables, et la production d'un matériau écoresponsable et recyclable. 

A la recherche de nouveaux financeurs

Le projet porte le nom de "Bas les masques". Ce processus de transformation est en cours de test ; l'initiative en est donc à un stade expérimental.  "quote" Ce projet, déployé en ce début d’année sur la commune de Plaisir, et désormais testé dans le 9e arrondissement de Paris, est soutenu par la Région Île-de-France. Les municipalités financent l'initiative sur le mode d'un budget participatif. "On a eu besoin de rassembler le budget de 30 000 euros pour étudier spécifiquement le cas des masques dans le process Recnorec", explique Ugoline Soler, qui précise que la startup cherche toujours des financeurs pour son projet.

On a besoin de rassembler un budget de 30 000 euros pour étudier spécifiquement le cas des masques dans le process Recnorec

"On sait qu'on peut le faire, il nous reste quelques analyses à faire, dans l'idée que cette solution soit réellement industrialisable, qu'elle puisse fonctionner à grande échelle, à un budget raisonnable pour les producteurs de masques. L'idée c'est de travailler les masques sans lavage, sans surcoût, sans manipulation, et de travailler le déchet dans sa globalité, et avec un minimum de pénibilité", explique la fondatrice de Recnorec.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess