Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : à Chambéry, le concepteur de StopCovid croit en l'avenir de son application

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

"StopCovid" est née à Chambéry (Savoie), créée par la start-up "Lunabee studio". Trois mois après le lancement de l'application, malgré les critiques, les concepteurs y croient encore.

Une application retenue par le gouvernement français
Une application retenue par le gouvernement français © Maxppp - Maxppp

StopCovida été inventée à Chambéry, par la start-up "Lunabee studio". StopCovid est sensée recenser les cas positifs au coronavirus et vous indiquer si vous en avez croisés. La semaine dernière, le Premier ministre Jean Castex a clairement dit qu'elle n'avait "pas atteint les résultat espérés" avec seulement 2,7 millions d'utilisateurs et seulement 1500 cas positifs enregistrés et 72 cas contact repérés. Très critiquée, l'application est en pleine évolution assure son concepteur Chambérien Olivier Berni.

France Bleu Pays de Savoie : Avec StopCovid, quel est votre bilan sur ces premiers mois d'existence ?

Olivier Berni :  Notre bilan, c'est que l'application n'a pas été autant adoptée, utilisée, que ce que l'on espérait. 2,7 millions d'activations. Sur 60 millions de Français, c'est encourageant, mais cela pourrait être mieux.

Donc vous êtes d'accord avec le Premier Ministre ? 

Peut-être que ça a manqué de communication autour de l'application. A titre personnel, en dehors de mon travail, j'en ai peu entendu parlé, mis à part la polémique des début, sur la protection des données personnelles à l'Assemblée Nationale, au mois de mai. Depuis, pas grand chose. 

Vous diriez qu'on a manqué de pédagogie ?

On peut dire ça. C'est en tout cas mon avis. 

Seulement 72 cas contacts décelés grâce à StopCovid, c'est minuscule. 

Tout à fait. Mais pour un cas contact, sur l'application, il faut être en contact au moins 15 minutes et que les deux personnes aient StopCovid active. Et vu le peu d'installations, on a assez peu de chance de croiser quelqu'un qui s'est enregistré. 

"Toutes les critiques ne sont pas fondées, technologiquement ça fonctionne." - Olivier Berni, l'un des concepteurs de StopCovid

Vous y croyez encore ?

Ah oui, bien sûr ! On a trois ou quatre personnes qui travaillent en ce moment sur les améliorations. Pour une meilleure ergonomie. Pour ne pas que l'application s'arrête au bout d'un moment, etc... Il y a des mises à jours régulières. Toutes les critiques ne sont pas fondées. Dire que ça consomme la batterie du mobile, c'est faux. Selon les tests, c'est seulement 10 % en 24 heures. Et puis, même si l'écran est en veille, elle fonctionne. Technologiquement, ça fonctionne. Raison pour laquelle nous y croyons. Il faut voir cette application comme un bonus, comme quelque chose de complémentaire à ce qui existe déjà dans la prévention.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess