Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Nouvelle hausse annoncée des prix du carburant : les artisans berrichons touchés au porte-monnaie

lundi 24 septembre 2018 à 19:35 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Berry

Il sont boulangers, bouchers, plombiers, ou travaillent dans le secteur du bâtiment : ces artisans berrichons font de la route chaque jour, forcément la nouvelle hausse annoncée des prix du carburant (+ 4 centimes pour l'essence, + 7 pour le diesel) les désole.

Jean-Christophe Fradet change un véhicule de sa flotte chaque année.
Jean-Christophe Fradet change un véhicule de sa flotte chaque année. © Radio France - Alexandre Berthaud

Villedieu-sur-Indre, France

La nouvelle hausse annoncée des prix du carburant désole les artisans berrichons. Qu'ils soient plombier, boucher, boulanger, ou dans le BTP, ils voient les conséquences immédiates pour le porte-monnaie.

Jean-Christophe Fradet - Plombier à Villedieu-sur-Indre

15% de nos dépenses dans l'essence

"Dans mon entreprise, on a neuf véhicules, ils sont très chargés avec du matériel, ce sont de grosses camionnettes qui consomment au moins 10 litres aux 100 kilomètres. Même si on est exonéré de TVA sur l'essence, même si on fait des efforts, les augmentations successives font que _notre budget annuel ne descend pas en dessous de 15 000 euros par an_, soit 15% de nos dépenses ! 

Ce que je déplore, c'est qu'on n'a pas le choix, on ne nous donne aucune solution, pas d'exonération supplémentaire pour compenser, rien, et nous on doit continuer de travailler donc on continue à mettre de l'essence dans les voitures. On est un peu pris en otage, et pourtant on a réduit le nombre de nos trajets, on tente d'optimiser les déplacements, mais rien n'y fait."

Jean-Luc Allaire - Boulanger à Luçay-le-Mâle

88 euros le plein

"Moi je ne fais que des petites tournées, en moyenne de trente kilomètres, donc le plein c'est deux fois par mois. Mais si je dois aller plus loin, il faut que ça vaille le coup, je ne vais pas faire des kilomètres pour 10 baguettes ça c'est sûr. Et ces tournées on ne pourrait pas se les permettre si on devait payer quelqu'un pour les faire, donc je m'y colle. Ce matin j'ai fait le plein, 88 euros !"

Dans son utilitaire, Jean-Luc Allaire fait jusqu'à 5 tournées par semaine. - Radio France
Dans son utilitaire, Jean-Luc Allaire fait jusqu'à 5 tournées par semaine. © Radio France - Alexandre Berthaud

Bruno Beaufrère - Boulanger à Pouligny-Saint-Pierre

On ne va pas vendre nos baguettes

"Moi j'ai six véhicules qui font des tournées, au moins quatre-vingt kilomètres par jour, jusqu'à cent, donc forcément la hausse du carburant on la ressent. On fait un plein tous les 600 kilomètres, un plein c'est 50 litres, faites le calcul... Du coup j'ai changé ma flotte à moitié pour des voitures électriques, c'est la seule chose qu'on peut faire, la hausse du prix de l'essence on n'y peut rien. On ne va pas vendre notre baguette plus chère, on prend sur les marges."