Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Nouvelle manifestation des lycéens au Mans, le cortège surveillé de près par la police

vendredi 7 décembre 2018 à 11:29 - Mis à jour le vendredi 7 décembre 2018 à 12:08 Par Julie Le Duff, France Bleu Maine

Environ 150 lycéens ont manifesté ce vendredi matin au Mans, au lendemain d'un épisode de violence qui a marqué les esprits. La présence policière était nettement plus visible que jeudi. Les commerçants du centre-ville ont baissé le rideau par précaution.

Les forces de police sécurisent le passage de la manifestation des lycéens en centre-ville du Mans le 7 décembre 2018
Les forces de police sécurisent le passage de la manifestation des lycéens en centre-ville du Mans le 7 décembre 2018 © Radio France - Ruddy Guilmin

Le Mans, France

Après des opérations de blocage partiel devant certains établissements du Mans, environ 150 à 200 lycéens ont rejoint à grandes enjambées le centre-ville ce vendredi matin. Au passage du cortège, le centre commercial des Jacobins a fermé ses portes, de même que plusieurs commerces des rues piétonnes alentour. Les forces de police sont plus nombreuses que jeudi, en tout cas nettement plus visibles, par éviter de nouveaux débordements

Le cortège s'est disloqué à midi devant le Lycée Bellevue, les manifestants sont très vite repartis en tram. Une poignée d'entre eux était parvenue à entrer quelques minutes dans l'établissement, dont les grilles avaient été fermées.

Les manifestants devant les grilles du Lycée Bellevue du Mans le vendredi 7 décembre 2018 - Radio France
Les manifestants devant les grilles du Lycée Bellevue du Mans le vendredi 7 décembre 2018 © Radio France - Ruddy Guilmin

Les commerçants appelés à la vigilance

"A l’heure actuelle, aucun débordement majeur n’a été observé", indique la préfecture de la Sarthe dans un communiqué. "La Préfecture, en concertation avec la Mairie, invite les commerçants, y compris ceux du Marché de Noël, à être vigilants et à fermer temporairement les entrées de leurs établissements si le besoin s’en fait sentir". A midi, le Monoprix et le McDo sont toujours fermés, tandis qu'une partie du marché de Noël a rouvert.

Par peur de nouveaux incidents en marge de la manifestation des lycéens, les chalets du marché de Noël du Mans ont fermé ce vendredi matin - Radio France
Par peur de nouveaux incidents en marge de la manifestation des lycéens, les chalets du marché de Noël du Mans ont fermé ce vendredi matin © Radio France - Alexandre Chassignon

Rue des Minimes, la majorité des boutiques a fermé les portes. D'autres, comme les galeries Lafayette, ont maintenu une entrée avec une personne pour surveiller. 

De nombreux commerces fermés rue des Minimes en centre-ville du Mans, par peur des casseurs qui pourraient perturber la manifestation des lycéens - Radio France
De nombreux commerces fermés rue des Minimes en centre-ville du Mans, par peur des casseurs qui pourraient perturber la manifestation des lycéens © Radio France - Alexandre Chassignon

Dégradations au lycée Yourcenar

Au Lycée Yourcenar, la porte d'entrée de l'établissement a été cassée. Sur les réseaux sociaux, de jeunes Manceaux dénoncent ce geste, qui "décrédibilise" le mouvement disent-ils.

Christophe Counil, l'adjoint au maire du Mans en charge de la sécurité, par ailleurs enseignant au Lycée Yourcenar, a suivi de près la manifestation lycéenne. Il est par exemple intervenu en personne ce vendredi matin pour éloigner des poubelles susceptibles d'être enflammées devant l'établissement, comme l'a constaté un reporter de France Bleu Maine présent sur place.