Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Nouvelle manifestation pour la défense de l'hôpital à Epinal

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

A l'appel de la CFDT, ils étaient une trentaine à manifester ce jeudi 14 novembre devant le siège vosgien de l'Agence régionale de santé. Pour la défense de l'hôpital public et du système de protection sociale. 800 couches déclassées ont été jetées devant l'entrée de l'établissement.

Les manifestants jettent des couches déclassées devant l'entrée de l'ARS à Epinal
Les manifestants jettent des couches déclassées devant l'entrée de l'ARS à Epinal © Radio France - Hervé Toutain

Épinal, France

La symbolique est claire. "Il faut en remettre une couche" affirme Patricia Hacquart qui met la main et éparpille des couches déclassées devant l'entrée de l'Agence régionale de santé à Epinal. La déléguée CFDT-santé des Vosges appelle le gouvernement à sortir de son mutisme et à prendre la juste mesure du désarroi et de la souffrance au travail des personnels soignants.

Ouverture immédiate de lits, recrutement en nombre suffisant de médecins d'infirmières et d'aides-soignantes, amélioration des conditions de travail et revalorisation des salaires. Des revendications partagées sur un constat : l'hôpital public est devenu un bateau ivre

"Au bout de 35 ans de carrière, je gagne à peine 2500 euros par mois" s'indigne cette infirmière qui travaille à l'hôpital d'Epinal. Un sentiment de déclassement et d'insécurité pour les patients, tant l'urgence est permanente. Une situation que partagent les personnels dans les EHPAD vosgiens ou les arrêts de travail se multiplient. "Nous sommes arrivés au bout de l'exercice" souligne encore Patricia Hacquart. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu