Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Nucléaire : bientôt un nouveau centre de stockage et de recherche sur le site Orano de Bessines ?

lundi 5 mars 2018 à 4:17 Par Justine Dincher, France Bleu Limousin

Le projet de centre d'innovation minière pourrait sortir de terre dans les prochains mois à Bessines-sur-Gartempe. Orano va aussi construire une nouvelle unité de stockage pour le traitement des eaux des anciens sites miniers. "C'est un projet unique en France", se félicite le groupe nucléaire.

Le groupe nucléaire "Areva" est devenu "Orano", en janvier 2018.
Le groupe nucléaire "Areva" est devenu "Orano", en janvier 2018. © Maxppp - Léon Tanguy

Bessines-sur-Gartempe, France

Le site Orano (anciennement Areva) de Bessines-sur-Gartempe (Haute-Vienne) pourrait bientôt se métamorphoser. En gestation depuis cinq ans, le projet de centre d'innovation minière (CIM) est décidément sur de "bons" rails : il a reçu un avis favorable après l'enquête publique menée à l'automne dernier

50.000 tonnes de matériaux dans la nouvelle unité de stockage

C'est un projet unique en France, d'après Orano qui va construire en même temps une unité de stockage pour le traitement des eaux. L'un ne va pas sans l'autre, dit le groupe Orano. "Les deux sont liés puisque l'unité de stockage permet aussi d'accueillir les résidus des activités pilotes réalisées par le centre d'innovation minière", explique Régis Mathieu, directeur de l'établissement de Bessines-sur-Gartempe.

L'unité de stockage permettra de regrouper sur un site unique les boues radioactives générées par les anciennes mines de la Haute-Vienne. "C'est une solution plus logique et surtout plus pérenne que les solutions actuelles, détaille Régis Mathieu, elle permettra d'accueillir 50.000 tonnes de matériaux en 30 ans d'exploitation, sur une zone de stockage qui est déjà existante". Le site existant permet de stocker 9 millions de tonnes, d'après Orano, "ce qui fait que le projet ne constitue qu'une modification minime avec moins de 1% de matériaux sur une zone existante".

Un laboratoire "unique en France"

En regroupant tout au même endroit, Orano dit vouloir optimiser la surveillance. À côté de cette unité de stockage, un grand bâtiment, un laboratoire géant où travailleront les chercheurs, va donc s'ériger. "C'est un centre qui est dédié à la recherche et au développement des techniques d'extraction minière, précise Guillaume Porche, chef du projet du CIM, on parle bien sûr d'uranium, mais aussi d'autres éléments chimiques. C'est un centre qui a des compétences très larges : analyses radiologiques, analyses physico-chimiques, etc. C'est un laboratoire d'essais où on réalise également des pilotes industriels." 

"En France, sans conteste, toutes ces compétences regroupées au sein d'un seul centre est quelque chose d'unique. Si on devait se comparer, on se comparerait plutôt à des laboratoires qui sont aux États-Unis ou en Australie", explique Guillaume Porche. Orano attend maintenant l'arrêté préfectoral qui lui permettra de déposer par la suite un permis de construire. Le groupe espère poser la première pierre du bâtiment avant la fin de l'année.