Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

Nucléaire : il faudra vingt ans pour démanteler la centrale de Fessenheim

jeudi 1 mars 2018 à 15:56 Par Patrick Genthon, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

La direction de la centrale nucléaire EDF de Fessenheim (Haut-Rhin) a précisé jeudi les étapes du démantèlement de la centrale alsacienne, qui devrait débuter à la fin de l’année et se terminer vingt ans plus tard.

La centrale nucléaire de Fessenheim
La centrale nucléaire de Fessenheim © Radio France - Patrick Genthon

Fessenheim, France

La plus ancienne centrale du parc électronucléaire français doit être mise à l‘arrêt au moment du chargement en combustible de l‘EPR de Flamanville, dans la Manche, actuellement prévu pour fin 2018, conformément à la loi de transition énergétique de 2015.

Le directeur de la centrale, Marc Simon-Jean, a précisé lors d’une conférence de presse le détail des opérations de démantèlement du site nucléaire alsacien.

Une première phase, dite de préparation au démantèlement, durera cinq ans et mènera, dès la troisième année, au retrait total du combustible. 

Une chute rapide des effectifs

Les effectifs, au nombre de 757 personnes pour les seuls salariés EDF, descendront à 331 personnes après deux ans, avec de nombreux départs dès septembre 2019, puis à 224 après trois ans, pour chuter à 60 à la fin de cette première période. Elle doit se conclure par un décret de démantèlement. 

La déconstruction de la centrale et de ses deux réacteurs de 900 MW pourra alors commencer pour une période de 15 ans qui s’achèvera par l‘assainissement du site et son déclassement officiel, le rendant propre à de nouvelles activités. 

L’ensemble de ces opérations et le passage d’une étape à l’autre continueront à se dérouler, comme durant les années de production, sous le contrôle de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).