Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Nucléaire : la mise en service de l'EPR de Flamanville "ne peut être envisagée avant fin 2022" selon EDF

-
Par , France Bleu, France Bleu Cotentin

La mise en service de l'EPR de Flamanville "ne peut être envisagée avant fin 2022", a indiqué ce vendredi EDF. L'entreprise travaille sur trois scénarios pour réparer des soudures qui doivent être reprises à la demande de l'Autorité de sûreté nucléaire.

EDF a annoncé ce vendredi matin que la mise en service de l'EPR ne se fera pas avant fin 2022.
EDF a annoncé ce vendredi matin que la mise en service de l'EPR ne se fera pas avant fin 2022. © Radio France - Delphine Simon

Encore du retard pour l'EPR de Flamanville ! Le réacteur ne sera pas mis en service avant "fin 2022". C'est ce qu'a annoncé ce vendredi matin EDF, lors de la publication de ses résultats financiers. On savait qu'il y aurait un nouveau retard suite à la décision prise en juin dernier par l'ASN, l'Autorité de sûreté nucléaire. Elle a demandé à l'électricien de réparer huit soudures défectueuses détectées sur le chantier.

En juin dernier, le président de l'ASN, Bernard Doroszczuk, indiquait qu'EDF estimait "que la réparation pourra s'effectuer d'ici fin 2022". Mais à l'époque, le groupe n'avait pas voulu confirmer cette date.

Trois scénarios à l'étude

Impossible donc de démarrer l'EPR avant la reprise de ces soudures, pour la sécurité de la structure. EDF réfléchit maintenant à trois scénarios différents pour la réparation. "Le temps qu'il faudra pour préparer la réparation, effectuer la réparation, tester la réparation, faire valider par l'ASN ce que nous avons fait et ensuite remettre l'installation en situation d'être à nouveau testée et préparée pour une mise en service... Ceci nous amène des délais de plus de trois ans", a déclaré le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy.

EDF a également indiqué que le groupe "communiquera dans les prochains mois sur les implications du scénario retenu en termes de planning et de coût". 

Le chargement du combustible nucléaire était officiellement prévu fin 2019 pour un coût de 10,9 milliards d'euros

Choix de la station

France Bleu