Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

Fessenheim : les élus locaux attendent toujours des compensations après la fermeture de la centrale nucléaire

Voilà un an maintenant que le premier réacteur de la centrale nucléaire de Fessenheim est à l’arrêt, suivi en juin par le second, marquant l’arrêt définitif de la production d’électricité. Les élus attendent encore les compensations fiscales et financières promises par le gouvernement.

Vue de l'entrée de la centrale nucléaire EDF de Fessenheim à l'arrêt définitif depuis juin dernier.
Vue de l'entrée de la centrale nucléaire EDF de Fessenheim à l'arrêt définitif depuis juin dernier. © Radio France - Patrick Genthon

Il y a un an maintenant que le premier réacteur de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) est à l’arrêt, suivi en juin par le second, marquant l’arrêt définitif de la production d’électricité de la centrale. Une décision prise pour des raisons politiques et qui devait se traduire par des aides concrètes pour la reconversion économique de ce bassin d'emploi.

Les élus, à qui le gouvernement avait fait de belles promesses, attendent toujours de voir régler l’épineux dossier du FNGIR (fonds national de garantie individuelle des ressources).  Un fonds que les communes devront alimenter après 2023 alors même qu’elles n’auront plus les retombées fiscales de la  centrale comme le rappelle le maire de Fessenheim Claude Brender. Tous les maires du secteur vont afficher sur le fronton de leur mairie une banderole indiquant "Macron au secours, prélèvement FNGIR = Faillite du territoire."

Les élus avec la banderole qu'ils comptent afficher sur le fronton de leur mairie.
Les élus avec la banderole qu'ils comptent afficher sur le fronton de leur mairie. © Radio France - Patrick Genthon

L'Etat abandonne le territoire

Le député Les républicains de la circonscription, Raphael Schellenberger appelle à la mobilisation de tous les élus.  Pour lui le risque prédit il y a trois ans se réalise "l'Etat a fermé la centrale et abandonne le territoire sur tous les plans".

Le dossier lié à la réindustrialisation du secteur n’est pas réglé. La zone industrielle franco-allemande de 220 hectares qui devait permettre des installations d’entreprises n'est toujours pas ouverte. Selon Gérard HUG, le président de la communauté de communes Pays Rhin- Brisach, les études pour la faune et la flore ont considérablement ralenti le dossier. La taille de la zone est fortement réduite. Quant aux aides spécifiques promises pour les installations d’entreprises, Elles n'ont pas passé la moulinette des fonctionnaires de Bercy.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess