Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Occitanie : les collectivités lancent leur fond L'OCCAL le 4 juin.

-
Par , France Bleu Occitanie

Annoncé il y a deux semaines, le fond d'aide au tourisme au commerce et à l'artisanat, baptisé L'OCCAL sera opérationnel dans une semaine. 80 millions d'€ pour aider les entreprises de ces secteurs en Occitanie à rebondir face à la crise. Un fond de plus mais un "coup de pouce" apprécié.

Le tourisme sera le secteur qui bénéficiera le plus du fond L'OCCAL. Cordes-sur-ciel (image d'illustration)
Le tourisme sera le secteur qui bénéficiera le plus du fond L'OCCAL. Cordes-sur-ciel (image d'illustration) © Maxppp - Oscar Peyrou

Un dispositif de plus pour soutenir l'économie de la région. Comme elle l'avait annoncé mi mai Carole Delga, la présidente de région, a détaillé le fond L'OCCAL mis en place avec la Banque des Territoires, 12 départements et 145 intercommunalités d'Occitanie. Encore une fois la présidente de région veut "faire pack" face à la crise du Covid19. 

D'où vient l'argent? 

Le fond contient 80 millions d'€ pour le tourisme, le commerce et l'artisanat. Il est abondé par la région à hauteur de 19 millions d'euros, la Banque des territoires pour près de 18 millions, le reste par les départements et les intercommunalités qui versent en moyenne 2 ou 3€ par habitant. 

Un dispositif qui se veut simple et rapide.

Ce fond doit aussi bien servir "à l'artisan taxi de Uzès qui veut mettre une séparation en plexiglas dans sa voiture qu'à la commerçante de Fleurance qui emploie deux salariés et a besoin de trésorerie" insiste la présidente de région. Les entrepreneurs peuvent s'en servir de deux façons : soit comme source de prêt à taux zéro pour un montant maximal de 25 000€ pour une entreprise avec quatre équivalents temps plein (remboursable au bout de 18 mois et sur une période de deux ans), soit comme subvention à l'investissement allant jusqu'à 70% des sommes engagées dans la limite de 20 000€. Ces subventions doivent servir à équiper l'établissement sur le plan sanitaire ou à le transformer pour assurer la reprise d'activité.  La plateforme pour bénéficier de ces aides sera opérationnelle le 4 juin 2020. Dans la région, les trois secteurs visés par ce fond représentent 40 000 entreprises. 

Une aide parmi beaucoup d'autres

Chômage partiel, prêts garantis par l'Etat (PGE), fond de solidarité, aide d'urgence, aide à la perte d'exploitation, exonération de charges... Depuis le début de la crise, l'Etat et les collectivités multiplient les annonces à coup de millions ou de milliards. Dans la région deux dispositifs ont été surtout utilisés : le chômage partiel et les prêts garantis par l’Etat. Le premier a mis un bon mois avant de se mettre en route mais il a servi à tout le monde ou presque. Les seconds sont arrivés plus vite par milliers ou million d’€ dans des PME ou plus grosses structures. 

Les petits patrons, les auto entrepreneurs, les indépendants ont plutôt sollicité les fonds de solidarité, les aides d’urgence ou à la perte d’exploitation avec à la clé entre 1000 et 4000€ par mois à chaque fois et sous conditions. "Oui il y a tel ou tel dispositif mais moi je ne rentre pas dans la case!" Le directeur de la Banque des Territoires, Olivier Sichel, affirme que c'est la phrase qu'il entend le plus souvent. Voilà pourquoi avec les collectivités, il planche sur des plans d'aide ciblés par secteur d'activité. En Occitanie, un plan pour la viticulture, un autre pour le thermalisme sont en préparation. 

"Oui il y a tel ou tel dispositif mais moi je ne rentre pas dans la case!" 

Olivier Sichel, le directeur de la Banque des Territoires _: "il faut éviter les usines à gaz et la multiplication des dispositifs mais il faut prendre conscience de la gravité de la crise qui appelle des dispositifs exceptionnels". S_elon un expert comptable que nous avons consulté, ces aides qui se superposent ou qui s’enchaînent sont "un vrai coup de pouce" mais elles ne remplaceront pas la reprise d’activité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess