Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Oenotourisme en Gironde : la réouverture des frontières permettra-t-elle de sauver la saison?

-
Par , France Bleu Gironde

La filière oenotouristique de Gironde est soulagée depuis l'annonce de la réouverture des frontières par Emmanuel Macron. Les réservations de clients étrangers sont en train de repartir assez nettement à la hausse. Mais la saison estivale sera malgré tout très compliquée.

Les réservations pour l'été repartent à la hausse dans de nombreux domaines viticoles
Les réservations pour l'été repartent à la hausse dans de nombreux domaines viticoles © Maxppp - maxppp

Preuve que l'attente était importante. Dès l'annonce de la réouverture des frontières européennes par Emmanuel Macron, la plupart des châteaux girondins proposant des expériences oenotouristiques, ont vu leurs réservations repartir à la hausse dès lundi matin. Des touristes européens venant de pays limitrophes de la France comme la Belgique, l'Allemagne ou encore l'Espagne.

Une agréable surprise

"Les premiers retours que nous avons, ce sont des réservations qui repartent à la hausse depuis le début de la semaine. Un redémarrage assez net, auquel nous ne nous attendions pas forcément et qui est donc une excellente nouvelle pour les professionnels" se réjouit Romain Bertrand, le responsable de la filière oenotouristique au sein de Gironde Tourisme. Un redémarrage important sur le plan économique, car la plupart des domaines viticoles proposant de l'oenotourisme travaillent avec cette clientèle étrangère. "Elle représente en moyenne _20% de la clientèle totale_, mais pour certains domaines cela peut monter jusqu'à 50% ou plus" précise Romain Bertrand. C'est le cas par exemple au Château Lafaurie-Peyraguey, 1er Grand Cru classé dans le Sauternais. Dans ce magnifique écrin de nature venait d'ouvrir un hôtel restaurant 5 étoiles entièrement redécoré par Lalique. "Le téléphone s'est remis a sonné depuis le début de la semaine , la preuve que les gens étaient vraiment dans les starting-blocks" constate soulagé, le directeur général du domaine David Bolzan.

Une saison considérablement amputée

Dans ces conditions, les professionnels peuvent-ils espérer sauver la saison estivale?

"_Ce qui est perdu ne se rattrapera pas_, ça c'est une certitude" réagit Romain Bertrand, "et même si aujourd'hui, les châteaux se sont organisés pour accueillir les visiteurs dans d'excellentes conditions sanitaires, leurs activités ont été totalement arrêtées pendant près de 3 mois."

Par ailleurs, reste une inconnue de taille: le retour de la clientèle américaine et chinoise. Des pays beaucoup plus exposés au virus et dont les ressortissants, nombreux auparavant à venir en Gironde, ne sont pas encore prêts à voyager à nouveau. "Il faut aussi faire le distinguo" précise Romain Bertrand "entre la possibilité administrative de voyager à nouveau, et la reprise effective des rotations par les compagnies aériennes, qui elles ne sont pas encore revenues à la normale".

L'espoir d'un rebond de la clientèle locale

Les pertes seront donc importantes pour les domaines oenotouristiques, d'autant que dans le même temps, les ventes de vin ont elles marqué le pas au niveau mondial mais également en France.

Malgré tout, David Bolzan, le directeur du Château Lafaurie Peyraguey voit lui une lueur d'espoir à l'horizon. "Les gens ne pouvant prendre ni l'avion, ni le train dans des conditions normales, ils prendront leur voiture cet été. _Et donc je pense que cela nous sera bénéfique_".

David Bolzan espère un rebond de la clientèle locale

Choix de la station

À venir dansDanssecondess