Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Office Dépôt : aucune des offres de reprise encore en lice ne conserve le site de Meung sur Loire

-
Par , France Bleu Orléans

Le tribunal de commerce de Lille examinait ce mardi 25 mai les offres de reprise de l'entreprise Office Dépôt, placée en redressement judiciaire en février dernier. Il rendra sa décision le 3 juin prochain, mais aucune ne prévoit de conserver les sites du Loiret, Meung sur Loire et Ormes.

Un magasin office dépôt à Paris (photo d'illustration)
Un magasin office dépôt à Paris (photo d'illustration) © Radio France - Thomas Pontillon

Les derniers espoirs des salariés d'Office Dépôt à Meung sur Loire et Ormes, se sont envolés ce mardi 25 mai face au tribunal de commerce de Lille. Celui-ci examinait les offres de reprise du groupe spécialisé dans les fournitures de bureau, placé en redressement judiciaire en février dernier par son actionnaire, le fonds de pension allemand Aurelius.

Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 3 juin prochain, mais on sait déjà que les deux offres de reprise encore en lice prévoient une fermeture de l'entrepôt de Meung sur Loire, où travaillent 110 salariés, ainsi qu'une dizaine sur la plateforme de livraison d'Ormes, près d'Orléans, qui elle aussi sera supprimée.

Une offre qui conservait Meung sur Loire écartée

La troisième offre, qui envisageait de conserver le site de Meung sur Loire, a été écartée, faute des fonds nécessaires. C'était le directeur d'Office Dépôt France qui proposait de reprendre le groupe, en conservant plus de 900 emplois sur 1500, dont une partie, à Meung sur Loire.

Mais avant qu'il présente son offre, Aurelius, le fonds de pension allemand, actionnaire majeur d'Office Dépot depuis 2017, lui a retiré ses mandats et donc la possibilité de financer son plan de reprise. Celle-ci a donc été écartée. La conséquence est immédiate, explique Sébastien Fournier le secrétaire du comité social et éconmique de l'entreprise, salarié à Ormes : "dans le Loiret, c'est fini, il n'y aura plus rien".

C'est un bain de sang, mais on le savait, on l'a dit mais on ne nous a pas entendus

En effet, aucune des deux offres restantes ne prévoient de conserver l'entrepôt loirétain de Meung sur Loire. L'une envisage de maintenir 628 emplois, l'autre 468. Soit moins de la moitié des effectifs actuels : Office Dépôt compte environ 1500 salariés en France. "C'est un carnage, c'est un bain de sang" explose Sébastien Fournier en sortant de l'audience. "Mais nous on le savait, on sait depuis qu'Aurelius est entré au capital qu'on finirait comme ça"

Le fonds de pension allemand est en effet bien connu et redouté dans le Loiret. Il avait notamment provoqué la faillite de Quelle à Saran, et sa fermeture en 2009, deux ans après avoir racheté l'entreprise de vente par correspondance pour un euro symbolique. En 2017, c'est le groupe de chimie Isochem, basé notamment à Pithiviers, qui s'était retrouvé en redressement judiciaire, alors qu'Aurelius était aux commandes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess