Économie – Social

INFO FRANCE BLEU BEARN - À Oloron, Lindt & Sprüngli coupe le robinet

Par Daniel Corsand et Fanette Hourt, France Bleu Béarn et France Bleu lundi 28 mars 2016 à 18:57

Le magasin d'usine de Lindt à Oloron
Le magasin d'usine de Lindt à Oloron © Radio France - Daniel Corsand

L'usine de chocolat d'Oloron a écrit aux associations qu'elle aide pour annoncer qu'elle ne leur verserait plus de subvention. Lindt & Sprüngli proteste contre la création par la mairie d'une taxe transport pour les entreprises.

Le torchon brûle entre l'usine Lindt & Sprüngli d'Oloron et le maire de la ville Hervé Lucbéreilh. L'entreprise vient de faire savoir, par une lettre adressée aux associations qu'elle soutient dans la ville, qu'elle ne leur versera plus d'aide. Pour se justifier, Lindt évoque cette taxe transport imposée cette année aux entreprises oloronaises par le maire Hervé Lucbéreilh.

Nous nous sommes procuré ce courrier aux associations d'Oloron - Radio France
Nous nous sommes procuré ce courrier aux associations d'Oloron © Radio France - Daniel Corsand

190 000 euros par an

Cette taxe de transport s'applique à toutes les entreprises de plus de neuf salariés et évidemment elle est proportionnelle au nombre d'emplois. Pour Lindt & Sprüngli, cela fait donc 190 000 euros. C'est plus de la moitié de ce que rapporte cette taxe à Oloron. Et la marque se sent d'autant plus seule, que les autres gros employeurs de l’agglomération passent à travers. On pense à Messier Dowty, notamment, une entreprise qui est installée à Bidos et qui donc ne paie pas cette taxe.

Dans le courrier il est également question de la hausse des matières premières, et de la dureté de la grande distribution dans ses négociations. Mais c'est bien un geste de mauvaise humeur vis à vis de la ville qui est exprimé dans cette lettre.

Le maire n'apprécie pas

L'entreprise Lindt n'a pas répondu à nos appels pour évoquer ce sujet. En revanche, le maire Hervé Lucbéreilh n'apprécie pas du tout. Il assure que la ville va compenser pour les associations concernées. Le maire dit comprendre les arguments économiques de Lindt, mais il aimerait que Lindt en fasse autant pour la ville d'Oloron. Hervé Lucbéreilh rappelle que l'entreprise n'aide que très peu des 240 associations oloronaises.

Je pense qu'une entreprise se doit d'être citoyenne. Il ne faut pas être égoïste et admettre qu'on doit d’être solidaire. Quand Lindt demande à la ville d'Oloron d’aménager un carrefour nous le faisons. Il est maladroit de se venger sur 20.000 euros quand on connait le chiffre d'affaires de l'entreprise.

— Hervé Lucbéreilh le maire d'Oloron

Cliquez pour entendre la colère du maire d'Oloron