Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les papeteries Arjowiggins dans la tourmente

Opération "ville morte" à Bessé-sur-Braye contre la fermeture d'Arjowiggins

-
Par , France Bleu Maine

Environ 550 personnes ont manifesté dans les rues de Bessé-sur-Braye pour soutenir les 570 salariés menacés par la fermeture d'Arjowiggins, en plus de ceux de l'usine de Saint-Mars-la-Brière. Dans le cortège, des commerçants et sous-traitants, inquiets de voir tout le bassin économique sinistré.

Les élus ont manifesté aux côtés des sous-traitants et salariés d'Arjowiggins à Bessé-sur-Braye le 28 février
Les élus ont manifesté aux côtés des sous-traitants et salariés d'Arjowiggins à Bessé-sur-Braye le 28 février © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Un panneau en forme de cercueil en tête de la manifestation qui a rassemblé plus de 550 personnes ce jeudi à Bessé-sur-Braye : symbole des 570 emplois menacés à la papeterie Arjowiggins, mais aussi des sous-traitants dont la survie est en jeu. Dans le cortège, de nombreux habitants et patrons d'entreprises locales sont venus soutenir les salariés.

"Après Arjo, il n'y a plus rien"

"Si Arjowiggins ferme, il n'y a plus rien !, lance Clotilde, salariée à la papeterie depuis 38 ans. Il faudra faire minimum 35 kilomètres pour trouver du travail". Située à la limite de la Sarthe et du Loir-et-Cher, l'usine est le principal employeur dans le secteur. "On se bat pour nos postes, mais aussi pour le bassin d'emploi", ajoute Amandine, qui venait d'obtenir son CDI début janvier. 

Certains habitants sont d'ailleurs venus des communes voisines comme Vancé ou Bouloire. "Mon petit-fils travaille à Arjowiggins, explique une retraitée venue de Saint-Calais. Chez nous, on a déjà eu la fermeture de l'hôpital, on est complètement sinistrés".

Plus de 550 habitants ont manifesté pour soutenir les salariés d'Arjowiggins, à Bessé-sur-Braye, le 28 février
Plus de 550 habitants ont manifesté pour soutenir les salariés d'Arjowiggins, à Bessé-sur-Braye, le 28 février © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

"Beaucoup de familles de salariés avec enfants risquent de partir en cas de fermeture de l'usine, explique le maire-adjoint Michel Leroy. Ça aura un impact sur nos écoles". Les commerçants sont aussi dans l'attente. Ce jeudi, presque tous ont baissé leurs rideaux pendant une heure ou deux, en signe de solidarité avec les salariés d'Arjowiggins. Devant sa boucherie, Bruno est inquiet : "si la papeterie ferme, on ne sait pas ce qu'on devient. _On a beaucoup de clients qui sont salariés d'Arjowiggins_, sans compter qu'on travaille pour leur comité d'entreprise"

Les sous-traitants déjà pris à la gorge

"Un emploi à la papeterie de Bessé-sur-Braye, c'est quatre emplois induits", lance une représentante syndicale au micro. "On a déjà un sous-traitant d'Arjowiggins qui s'est placé en redressement judiciaire fin janvier, explique Laurent Trudel, délégué CGT. Un autre a dû licencier ses trois salariés". "Ce sont _des PME qui ont souvent une ou deux personnes en permanence à la papeterie_, ajoute le maire-adjoint de la ville. Ces employés n'ont quasiment plus de boulot actuellement".

Les sous-traitants sont loin de tout ici, donc ils fournissent essentiellement la papeterie ! Ils sont les premiers impactés !"

Quelques sous-traitants ont donc défilé en tête de cortège aux côtés des élus. Didier Bougard est patron d'une entreprise de plomberie. "Arjowiggins représente 25 à 30% de mon chiffre d'affaire, précise-t-il. Dans ma clientèle, j'ai aussi des salariés : les devis en cours, ils ne vont pas les signer s'ils sont licenciés, ils vont avoir d'autres priorités !". "On est solidaires des salariés d'Arjowiggins car on est tous dans la même galère ! ajoute Philippe Lambron, dont l'entreprise fait la maintenance des couvertures dans l'usine. On ne mesure pas encore l'impact que ça peut avoir localement".

Presque tous les commerces ont fermé symboliquement à la mi-journée en signe de soutien aux salariés de la papeterie à Bessé-sur-Braye, le 28 février
Presque tous les commerces ont fermé symboliquement à la mi-journée en signe de soutien aux salariés de la papeterie à Bessé-sur-Braye, le 28 février © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Ce vendredi 1er mars, l'administrateur judiciaire doit se prononcer sur l'offre de reprise du groupe THLF, qui sauverait au total 610 des 830 emplois sur les sites de Bessé-sur-Braye et Saint-Mars-la-Brière. Si le dossier est jugé insuffisamment solide, le repreneur potentiel a encore jusqu'au 6 mars pour l'étoffer. Les syndicats espèrent obtenir un délai pour mettre toutes les chances de leur côté. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess