Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Optymo III gelé à cause de l'éco-taxe

lundi 10 mars 2014 à 15:10 Par Faustine Mauerhan et Nicolas Raffin, France Bleu Belfort-Montbéliard

Le nouvel impôt sur les poids lourds devait permettre de financer plus de 100 projets de transport à travers tout le pays. La suspension de l'éco-taxe par le gouvernement, a tout remis en cause. De nombreuses municipalités, comme Belfort, ont gelé les dossiers faute de financement.

Clone of Optymo voitures auto partage
Clone of Optymo voitures auto partage © SMTC - SMTC

Avec le gel de l’éco-taxe, le gouvernement s’assoit sur 450 millions d’euros de recettes. Une coquette somme qui devait servir à financer une centaine de projets de transports en communs partout en France. Plusieurs dizaines de municipalité avaient répondu à l’appel à projet du ministère des transports l’an dernier. Des lignes de tramway, de bus, des extensions, des renforcements d’offres… qui dorment maintenant dans les cartons.

A Belfort, le SMTC attendait 10 millions d’euros.

Parmi cette centaine de projets en suspens : Optymo III à Belfort. Le syndicat mixte des transports en commun envisage d’étendre encore plus son offre multimodale, avec trois fois plus de vélos et de voitures en libre-service dans la ville et une fréquence de bus plus important. Mais pour cela, le SMTC a besoin de 10 millions d’euros, une enveloppe que les recettes de l’éco-taxe étaient censées financer.

Optymo eco taxe / SON

C’est donc un sérieux coup d’arrêt au programme nous explique Marc Rovigo, le directeur général du SMTC. « Si l’Etat ne nous donne pas cet argent, nous n’achèteront pas les vélos ou les voitures supplémentaires qui doivent venir renforcer notre offre, assure-t-il. Sans le financement de l’éco-taxe, la dernière phase du projet Optymo est remise en cause. » Comme beaucoup d’autres directeurs de projets, Marc Rovigo et le SMTC attendent maintenant le rapport des députés sur la nouvelle formule de l’éco-taxe . Il sera remis au gouvernement à la fin du mois d’avril.