Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Orange débordé par les réparations de lignes téléphoniques dans les deux Charentes

-
Par , France Bleu La Rochelle

Depuis deux mois, tempêtes et intempéries se succèdent dans le ciel des deux Charentes. Résultat : 50% d'augmentation pour les incidents sur le réseau téléphonique. Certaines pannes attendent de longues semaines avant d'être réparées.

110 techniciens sont à pied d'oeuvre dans les deux Charentes, pour remettre sur pied un réseau téléphonique mis à mal par les tempêtes qui se succèdent depuis l'automne. Photo d'illustration.
110 techniciens sont à pied d'oeuvre dans les deux Charentes, pour remettre sur pied un réseau téléphonique mis à mal par les tempêtes qui se succèdent depuis l'automne. Photo d'illustration. © Radio France - Sylvie Duchesne

Les tempêtes et les fortes pluies qui se succèdent depuis deux mois en Charente et en Charente-Maritime ont fait mal au réseau téléphonique : poteaux tombés à terre, câbles arrachés... Certaines installations enterrées ont même été touchées par des inondations. Orange comptabilise 50% de signalements en plus par rapport à la normale. Résultat : du travail par-dessus la tête pour les 110 techniciens chargés d'assurer les réparations dans ces deux départements. Mais en attendant, les délais d'attente explosent dans de nombreux foyers.

Un mois. C'est ce qu'ont dû attendre les habitants du hameau des Genièvres à Cherves-Richemont en Charente, pour voir réparer une ligne d'Orange arrachée par un camion. Et même si le téléphone est revenu à la veille de Noël, après de nombreuses relances de l'opérateur téléphonique, la colère de l'adjoint Francis Pauméro n'est pas retombée : "Ce n'est pas normal. Les particuliers paient Internet, et ont droit à Internet." Aux Genièvres, ce mois sans téléphone a causé des sueurs froides à un homme âgé de 87 ans, équipé d'un système de surveillance médicale, relié précisément à Internet. "Et il n'a pas pu bénéficier de ce service" souligne Francis Pauméro, ce qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques.

"On a l'impression qu'on se fout de nous !"

A Plassay en Charente-Maritime, Alain Michy est lui privé de téléphone, et donc d'internet, depuis le 14 décembre. Un dérangement sur la ligne de cet éleveur de chevaux. Dans un message enregistré, Orange a d'abord promis une réparation pour le 23 décembre. Avant de décaler au 20 janvier, sans explication : "On est sans télévision, ce qui n'est pas trop grave, décrit avec humour Alain Michy. Par contre, Internet c'est une partie de la vie aujourd'hui" souligne cet agriculteur, qui déclare ses salariés en ligne, et utilise les services bancaires dématérialisés. "Et aujourd'hui on ne peut même pas faire un virement. On a l'impression qu'on se fout de nous" peste Alain Michy.

Pas du tout, assure Orange, par la voix de Vincent Mineur, directeur de projet qualité réseau chez Orange en Nouvelle-Aquitaine. Si les délais d'intervention sont rallongés du fait des tempêtes de l'automne, les coupures longues restent exceptionnelles, promet-il : "Les cas extrêmes, de plusieurs semaines de panne, nous les traquons et nous faisons tout pour les limiter au strict minimum." Ces dossiers anormalement longs sont en général complexes, ajoute Vincent Mineur : "soit ce sont des problèmes techniques lourds, soit il y a des autorisations à avoir parce que nous intervenons le long de routes nationales ou départementales" où la sécurité est primordiale.

Pour réparer, des renforts venus du nord de la France

Orange insiste sur le caractère "exceptionnel" des conditions météo des deux derniers mois dans notre région : trois tempêtes, des inondations. "Le réseau est fait pour supporter ce type d'aléas climatiques, mais jusqu'à un certain point. Et là, le point a été dépassé." Bonne nouvelle pour les techniciens à pied d'oeuvre dans les deux Charentes depuis deux mois, dont certains ont même travaillé les jours fériés : ils recevront dès lundi des renforts attendus du nord de la France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu