Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Origine du lait : "Je ne peux pas entrer chez Lactalis et changer les emballages", dit le patron des Leclerc

-
Par , France Bleu Mayenne

Invité chez RMC ce jeudi, le patron des centres E.Leclerc prend acte de la non-obligation pour les industriels d'inscrire l'origine du lait sur les étiquettes dans les grandes surfaces, et prend l'exemple du géant laitier mayennais Lactalis.

Michel-Édouard Leclerc
Michel-Édouard Leclerc © Maxppp - Jean-Baptiste Quentin

C'est une décision qui provoque la colère de nombreux agriculteurs et de consommateurs. Il ne sera plus obligatoire de préciser l'origine du lait qu'on trouve dans les rayons des grandes surfaces. Mi-mars, le Conseil d'État a en effet annulé le décret qui imposait cette contrainte depuis 2016, à la demande du groupe mayennais Lactalis, leader mondial du lait.

Interrogé sur RMC ce jeudi matin, Michel-Edouard Leclerc, le patron des centres Leclerc, affirme qu'il continuera d'inscrire le plus possible l'origine du lait sur ses emballages, tout en regrettant à demi-mots l'attitude de Lactalis. "_Ce sera au consommateur de choisir de ne pas acheter Lactalis_. C'est la liberté du consommateur, je ne peux pas entrer chez Lactalis et changer les emballages", explique le président du comité stratégique des centres E.Leclerc. 

En revanche, Michel-Édouard Leclerc affirme que pour les produits de sa marque, l'origine du lait sera bien spécifiée sur les étiquettes. "Nous ne défendons pas que le pouvoir d'achat, nous défendons le savoir d'achat" déclare-t-il. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess