Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Orléans : l'aide d'urgence aux commerçants a fini par être versée, mais à l'échelle de la métropole

-
Par , France Bleu Orléans

L'aide d'urgence de 2.000 euros promise par Serge Grouard aux commerçants d'Orléans face à la crise sanitaire a bien été versée. Mais avec beaucoup de retard, et à l'échelle de la métropole et non pas de la ville, après un imbroglio juridique qui aurait sans doute pu être évité.

28 mars 2020 : la Rue Jeanne d'Arc déserte, à Orléans en raison de la pandémie de coronavirus, durant le premier confinement..
28 mars 2020 : la Rue Jeanne d'Arc déserte, à Orléans en raison de la pandémie de coronavirus, durant le premier confinement.. © Radio France - François Guéroult

1.000 euros en juillet, 1.000 euros en août : c'est ce qu'avait promis Serge Grouard l'an passé lors de la campagne des municipales pour aider les commerces d'Orléans ayant souffert du premier confinement. "Parce que l'urgence n'attend pas", expliquait celui qui allait redevenir maire d'Orléans. Il a fallu en fait attendre février/mars pour le versement, et selon des modalités différentes de ce qui avait été annoncé.

Des mois d'impasse juridique...

Ses opposants avaient pourtant prévenu : pour être légale, cette aide devait forcément transiter la métropole, dont c'est la compétence. Serge Grouard s'est entêté, avec un vote en conseil municipal en juillet, un bras de fer avec le gouvernement en septembre, pour se résoudre finalement à... passer par la métropole ! 

Le fonds d'aide à la trésorerie des commerces et TPE (très petites entreprises, définies ici comme ayant moins de 20 salariés) a ainsi été mis en place en novembre à l'échelle de la métropole, et les versements ont eu lieu surtout en février et mars. Le dispositif vient d'être clôturé : 947 dossiers - 456 sur la ville d'Orléans et 491 sur les autres communes de la métropole -pour près de 2 millions d'euros (dont un million abondé par la ville d'Orléans).

... mais la crise sanitaire aussi s'éternise

"La mise en place a été assez longue, reconnaît Luc Nantier, l'adjoint au commerce à Orléans, mais l'histoire montre que la notion d'urgence est relative : lorsqu'on avait annoncé cette mesure, on était loin de se douter qu'on en serait aujourd'hui à une 3ème confinement !" L'élu pense même que "vu le contexte, ce n'est pas plus mal que cette aide ait été versée pendant l'hiver : dans le prêt-à-porter, notamment, c'est le moment où il y a les échéances de paiement de stock, et dans la restauration, la crise, hélas ! se prolonge."

L'impact de ce coup de pouce, même tardif, n'est pas à négliger, estime pour sa part Luc Milliat, maire de Boigny-sur-Bionne et conseiller délégué chargé du développement commercial à la métropole. "Certains pourraient dire : ce n'est que 2.000 euros. Mais ajoutés à d'autres aides, ces 2.000 euros ont pu apporter un bol d'air frais et permettre à certains de ne pas couler définitivement."

Pas de nouvelle aide d'urgence prévue

Pour bénéficier de cette aide à la trésorerie, il fallait justifier d'une perte de chiffre d'affaire d'au moins 50% lors du premier confinement. Sur les 947 bénéficiaires, 80% sont effectivement des commerçants ; le secteur des cafés-hôtels-restaurants représente 30% des dossiers.

Malgré le troisième confinement subi par la plupart des commerces en ce moment, il n'est pas prévu de renouveler ce dispositif d'aide d'urgence. "On ne peut pas maintenir l'économie en perfusion permanente, cette épidémie va finir par s'arrêter, explique Luc Milliat. On sera donc plutôt sur un esprit de relance de l'économie par l'investissement." Le fonds de soutien à l'investissement des PME, créé en mai 2020, devrait être reconduit, il permet, sous conditions, d'apporter une aide jusqu'à 3.500 euros.

#MaSolution

Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess