Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Orléans: la grève continue à la maternité du CHRO, aucune avancée selon les sages-femmes

jeudi 2 novembre 2017 à 19:01 Par Jérémy Marillier, France Bleu Orléans

Lancée le 23 octobre dernier, la grève continue à la maternité du CHR d'Orléans. Des sages-femmes toujours mobilisées pour dénoncer ces économies voulues par la direction et qui, d'après elles, mettent en danger la vie des mamans et des bébés. Une pétition vient d'être lancée sur internet.

Les sages-femmes ont voulu enterrer de manière symbolique la maternité du CHRO
Les sages-femmes ont voulu enterrer de manière symbolique la maternité du CHRO © Radio France

Orléans-la-Source, Orléans, France

Après dix jours de contestation, leur motivation reste intacte. Ce jeudi, les sages-femmes étaient une trentaine à se réunir devant l'entrée principale du CHR d'Orléans. Vêtues pour la plupart de noir, chrysanthèmes à la main, elles ont enterré de manière symbolique la qualité des soins proposés par la maternité.

Le manque de moyens? Pendant les douze heures de garde, nous n'avons même pas le temps d'aller uriner - Camille Lamboley, sage-femme au CHR d'Orléans

Le plan de retour à l'équilibre mis en place par la direction (14 millions d'euros de déficit cette année), les sages-femmes refusent qu'il mette en péril la qualité de leur travail. Un travail qui en pâtit déjà avec un fonctionnement à flux tendu ou encore un manque de lits. "Pendant les douze heures de garde, nous n'avons même pas le temps d'aller uriner. Douze heures, c'est long. Nous ne demandons pas l'impossible, nous ne faisons pas ce métier pour l'argent. Nous voulons simplement le réaliser dans des conditions respectables", ajoute Camille Lamboley, sage-femme au CHRO.

Après dix jours de grève, aucune véritable discussion n'a été entamée avec la direction, regrette le personnel de la maternité. A la demande de nombreux patients, les sages-femmes ont lancé ce jeudi une pétition pour relayer leur combat. En à peine quelques heures, elle comptabilisait plus de 4.000 signatures.