Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Orléans : les agents de la médiathèque en grève réclament plus de personnel

samedi 15 septembre 2018 à 22:08 Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans

Des usagers de la médiathèque d'Orléans poussés vers la sortie deux heures avant l'heure prévue ! Les agents étaient en grève ce samedi pour réclamer six postes supplémentaires.

Au total, une cinquantaine de personnes se sont mobilisées pour réclamer la création de six postes.
Au total, une cinquantaine de personnes se sont mobilisées pour réclamer la création de six postes. © Radio France - Cyrille Ardaud

Orléans, France

Certains usagers n'étaient pas prévenus, et n'ont pas vraiment apprécié la nouvelle : ce samedi après-midi, la médiathèque d'Orléans a fermé ses portes deux heures plus tôt que d'habitude, en raison d'un appel à la grève lancé par la CGT et la CFDT.

Les syndicats dénoncent le manque de personnel : en dix ans, 25 postes ont été supprimés, soit une diminution d'un quart des effectifs. Une grève en un jour symbolique puisqu'elle s'est déroulée en plein pendant les Journées du Patrimoine. Les salariés de la médiathèque réclament la création de six postes supplémentaires. Pour appuyer cette demande, une cinquantaine de personnes se sont mobilisées devant le bâtiment place Gambetta.

Une augmentation du nombre de visiteurs difficile à gérer

Pascale Petit est secrétaire générale CGT du personnel territorial de la ville d'Orléans et salariée de la médiathèque. Selon elle, le manque de personnel se fait encore plus ressentir depuis le passage à la gratuité en septembre 2016. Une pétition dans la main, elle détaille : "Du moment que c'est gratuit, on a toujours du monde ! Ni la direction, ni la ville n'a évalué toutes les manipulations et les charges de travail supplémentaires apportées par la gratuité. Il faut savoir qu'il y a entre 2.000 et 3.000 entrées chaque samedi, c'est pas anodin et c'est bien plus qu'avant !"

"Nous sommes moins disponibles pour le public"

Conséquence de cette charge de travail supplémentaire : régulièrement, les six médiathèques de la ville doivent fermer. Cela est arrivé une cinquantaine de fois depuis le début de l'année. Certains services comme les salles multimédia sont aussi moins accessible qu'auparavant. Claude est responsable de l'unité Jeunesse, et elle a le sentiment que le travail est moins bien fait : "Les documents sont moins rapidement disponibles pour le public. Nous aussi nous sommes moins disponibles pour le public, donc les renseignements sont moins bons."

Un ressenti partagé par Véronique, qui se rend souvent à la médiathèque : "Les agents sont parfois moins compétents, on s'en rend compte. C'est dommage car c'est très important ! Je travaille dans la santé et je conseille à mes patients et aux enfants d'aller dans des bibliothèques." Pour Olivier, un autre visiteur : "Leurs conditions de travail ne sont pas bonnes. En tant qu'usagers on est sensible à ça, parce qu'un service public comme la culture c'est quand même très important !"

Le recrutement de six agents, pour bientôt ?

Nathalie Kerrien, l'adjointe à la culture à la mairie d'Orléans affirme de son côté que le recrutement de ces six agents serait actuellement en négociation : "Bien sûr qu'il y a une discussion sur ce sujet. Le moins que l'on puisse dire c'est que nous ne sommes pas en sureffectif à la médiathèque."

Les syndicats demandent aussi la titularisation de dix agents contractuels, actuellement dans une situation précaire. Un préavis de grève a été déposé jusqu'à fin octobre par les organisations syndicales, qui n'excluent pas de se remobiliser d'ici là.

Réécoutez le reportage de France Bleu Orléans