Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Orléans : les gérants de l'hôtel du Sauvage reconnus coupables de mise en danger de la vie d'autrui

-
Par , France Bleu Orléans

L'établissement, situé rue de Bourgogne, avait fermé ses portes en novembre 2019 après un contrôle de police. De nombreuses infractions avaient été relevées. Le gérant et sa fille ont été condamnés ce jeudi par le Tribunal Judiciaire à de lourdes amendes.

Entrée de l'hôtel du Sauvage à Orléans
Entrée de l'hôtel du Sauvage à Orléans © Radio France - Christophe Dupuy

L'hôtel du Sauvage à Orléans n'est sans doute pas prêt de rouvrir ses portes. Ce jeudi, le gérant, un homme de 89 ans, a été condamné à 30.000 euros d'amende et une interdiction de gérer un établissement du même type. Sa fille, qui était aussi sa secrétaire, devra elle verser 15.000 euros d'amende. Tous les deux avaient été jugés fin janvier pour mise en danger de la vie d'autrui et abus de confiance. La procédure avait été engagée en novembre 2019 suite à un contrôle de police dans l'établissement. 

Un hôtel mal entretenu et dangereux

A l'époque, en novembre 2019, c'est carrément un arrêté de péril imminent qui avait été pris pour justifier la fermeture du Sauvage. L'hôtel était mal entretenu : peintures défraichies, hygiène douteuse. Mais, plus grave encore, les tableaux électriques étaient défectueux, les issues de secours bloquées et les extincteurs enfermées dans un pièce.  En cas d'incendie, le bilan aurait pu être très lourd.

Condamnés aussi pour abus de confiance

Depuis plusieurs années, l'Hôtel du Sauvage avait un partenariat avec le Département du Loiret et l'Aidaphi ( association pour Association Interdépartementale pour le Développement des Actions en faveur des Personnes Handicapées et Inadaptées) pour loger des étrangers, demandeurs d'asile et des mineurs isolés. La nuit était facturée 35 euros, soit " bien au dessus des prestations fournies" avait conclu l'enquête. Cela explique la condamnation du père et de sa fille pour abus de confiance. 

La fille du gérant envisage déjà de faire appel 

Lors du procès, il y a 2 mois, le gérant s'était défendu d'être un marchand de sommeil. Il avait expliqué que son hôtel était parfois squatté, ce qui l'empêchait de lancer des travaux de rénovation. Mais, cette version n'avait pas convaincu les juges. Le jugement est toutefois un peu plus clément que les réquisitions du parquet qui avait demandé 80.000 euros d'amende pour le père et 40.000 euros pour la fille. Cette dernière, présente à la lecture du jugement ce jeudi, assure qu'elle n'était au courant de rien dans les affaires de son père. Elle devrait donc faire appel du jugement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess